AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Revue de Presse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: PRINTEMPS DE LA CREATIVITE CULTURELLE A METLAOUI   Lun 9 Avr - 18:39

PRINTEMPS DE LA CREATIVITE CULTURELLE A METLAOUI
Innovation sous ses différentes formes

L’agenda festivalier dans la délégation de Metlaoui se trouve renforcé par un nouveau rendez-vous d’une dimension maghrébine et qui se prépare à vivre son baptême de feu en ce mois de mars. En effet, c’est en cette période que l’activité culturelle dans ces contrées touche sou point culminant permettant aux créateurs, sous leurs différentes formes et appartenances, de mettre en lumière leurs œuvres dans le cadre du printemps de la créativité culturelle, que marque pour l’occasion le démarrage de la saison culturelle. Pour le printemps de Metlaoui version 2007, il sera marqué par une nouveauté à savoir le festival maghrébin de la poésie populaire qui se tiendra aujourd’hui lundi, 19 et demain, mardi 20 mars 2007.
Pour sa première édition, on a choisi le thème : «Perspectives de la poésie populaire maghrébine». Au cours de cette manifestation, les participants auront à découvrir les différentes couleurs poétiques et à se faire découvrir. Ils seront au nombre de quinze, représentant ainsi la Tunisie, la Libye et l’Algérie. Pour enchaîner avec le printemps culturel de Metlaoui, une autre composante du programme est allée enrichir les établissements scolaires à travers la 14e édition du festival culturel scolaire organisée à la maison de la Culture du 17 au 18 mars. Avec un souci d’impliquer toutes les tranches d’âge dans ces joutes culturelles; les enfants auront deux rendez-vous pour deux formes d’expression culturelle: la deuxième session des journées théâtrales pour les enfants qui se tiendra les 22, 23 et 24 mars avec la participation des troupes des différentes régions. De la poésie, du théâtre mais aussi du cinéma. En effet, le 7e art dans ce plat printanier avec la 4e édition des journées cinématographiques pour enfants, et cela à partir du 27 mars, jusqu’au 29 du même mois. Et c’est ainsi que les passionnés de la culture sous ses différentes formes se voient offrir un vrai régal sous la forme d’un plat consistant et multicolore qui servira de prélude au clou du printemps culturel dans la ville des mines; en l’occurrence le festival national de la poésie dans sa 15e édition fixée pour les 4, 5 et 6 mai 2007.


Hafedh Trabelsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 11 Avr - 7:07

Festival international de Gafsa
Une dimension culturelle et touristique confirmée

La première session du «printemps de Gafsa», organisée les 7, 9 et 10 avril par le festival international de Gafsa, s’est poursuivie dimanche.
Plusieurs spectacles culturels et d’animation ont été présentés dans le centre-ville dont notamment le spectacle de la troupe populaire et un défilé de costumes traditionnels féminins de plusieurs localités du gouvernorat de Gafsa. Un public nombreux a assisté à ces spectacles qui mettent en valeur le riche patrimoine de cette région.

Cette manifestaion a egalement comporté la préparation de plats traditionnels de Gafsa et de la région du sud-ouest en général.

Par ailleurs, la quatrième session du festival des grottes berbères s’est poursuivie dans la région de Senad. Ce festival est l’une des plus importantes manifestations culturelles et touristiques contribuant à la mise en valeur des spécificités culturelles et civilisationnelles et des traditions de cette région montagneuse.

Le programme du festival a comporté l’organisation d’un défilé reconstituant la vie quotidienne des habitants des grottes, les traditions et le patrimoine architectural.

Plusieurs expositions de photos et d’arts plastiques ont été également organisées, inspirées de l’histoire de la région en plus d’une exposition sur le textile à base de laine et l’artisanat, des spectacles d’équitation, des arts et de chant populaire.

MM. Rafaâ Dekhil, ministre chargé de la Communication et des Relations avec la Chambre des Députés et la Chambre des Conseillers et Tijani Haddad, ministre du Tourisme, ont assisté à une partie de ces spectacles avant de visiter dans l’oasis de Gafsa un parc touristique et de loisirs, créé par un promoteur privé moyennant une enveloppe de plus de 400.000 dinars
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 11 Avr - 19:56


FESTIVAL CULTUREL DE LA FEMME A GAFSA
Mettre en relief la richesse patrimoniale


Après une réussite acquise au cours de la première édition, le festival culturel de la femme à Gafsa, organisé du 29 au 31 mars a permis de relever la nouvelle tendance qui commence à imprégner la sphère culturelle dans ces contrées: la créativité, le savoir pour épouser son époque, l’élément féminin qui commence à se frayer une place, le tout sur fond de fierté de préserver et mettre en relief une richesse patrimoniale à envier.
Au vu de la consistance du plat offert et des ingrédients variés mis en place, la deuxième édition, du festival culturel de la femme, étalée sur trois jours montre que ce dernier est né pour être grand. Déjà au coup d’envoi, le carnaval n’a pas laissé insensible: devancées par les majorettes, trois poupées géantes vêtues d’habits traditionnels ont ravivé des souvenirs délicieux. Le centre du cortège fut occupé par le «mahfal» dessinant le rituel du mariage gafsien avec ses différentes facettes. Le défilé a permis aux présents d’effectuer un voyage dans le temps avec des personnages incarnant les différentes civilisations qui ont déferlé dans la région.
Quant au salon des créations féminines, a fut la découverte du festival avec autant d’œuvres, transposant le sens créatif de la femme gafsienne, de l’artisanat : le tissage, la broderie, les peintures sur verre et poterie; des richesses enfouies dans le terroir gafsien.
La seconde journée du festival a lancé un clin d’œil aux NTIC à travers une concertation sur «la famille et la société d’information», un mini-séminaire présidé par Dr KHaled Keireddine et communiqué par Kamel Khaldi docteur en informatique. Pour le comité d’organisation présidé par Malika Milliti Berrebeh, culture rime avec sport pour ancrer l’esprit concurrentiel sous des airs festifs; et les étudiantes de la cité universitaire ont été conviées à «la course de la paix» qui a conféré une note de gaieté aux locataires des différents foyers universitaires de Gafsa. Pour enchaîner avec le théâtre, Naïma Jeni avec «Wfa el Mektoub» a fait l’événement avec cet avant-goût du festival du théâtre de Gafsa. Et les lampions se sont éteints sur cette deuxième édition avec une soirée placée sous le signe de «la créativité» qui a permis de voir à l’œuvre une pléiade d’artistes originaires de la région, honorés pour l’occasion.
Avec l’espoir de voir cette joute culturelle connaître une suite dans le temps, le festival culturel de la femme est né pour être grand et la seconde édition a apporté la preuve de ce brin de grandeur.


Hafedh Trabelsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 11 Avr - 20:20

ASSOCIATION DES ARTS PLASTIQUES DE GAFSA
L’autre face de la richesse culturelle

En plus de sa vocation en tant que temple du théâtre, Gafsa, ville historique multimillenaire et dont la fondation remonte à la nuit des temps, présente d’autres richesses culturelles offrant aux passionnés des différents arts diverses opportunités d’expression. Et même si le festival du théâtre rayonne sur l’agenda festivalier dans la région, d’autres rendez-vous commencent à bousculer l’ordre des choses et vibrer le statu quo qui imprègne la sphère culturelle depuis des années, et l’exemple le plus édifiant en est le salon des arts plastiques qui vient de vivre sa 7e édition dans le hall de la maison de la culture Ibn Mandhour. Cette manifestation annuelle se veut une opportunité pour les artistes plastiques dans ces contrées pour se faire connaître et se reconnaître. C’est aussi aller à la découverte de l’autre à travers les coups de sa palette avec le désir d’impulser une dynamique à cette variété d’art qui puise dans les réserves patrimoniales de Gafsa pour se faire une identité. Dédié à la mémoire de l’enfant de la région Hamida Wahada, artiste artisan, à travers le thème choisi: «tissage mural, la touche Hamida Wahada: une référence» et organisé par l’association des arts plastiques de Gafsa en collaboration avec la délégation régionale de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, le 7e salon des arts plastiques a constitué le maillon qui manquait aux étudiants de l’institut supérieur des arts et métiers. Ces derniers sont venus assouvir un ardent désir de renforcer leur formation académique et pour qui l’association des arts plastiques de Gafsa est le cadre idoine pour explorer les différents styles et exploiter cet environnement pour développer le mouvement gestuel de leurs pinceaux. Née en 2001, l’association se veut un éclaireur des artistes plasticiens désireux se faire connaître du public. Avec un comité de quarante membres actifs appartenant à différentes tranches d’âge, l’association des arts plastiques de Gafsa s’apprête à sauter le pas pour conférer à la sphère culturelle dans la région cette nuance de couleurs qui lui a tant manqué.

Hafedh Trabelsi. Grand merci ya si Hafedh pour les infos de notre Gafsa la belle, et merci à Tunis Hebdo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 16 Avr - 7:19

National

CODE DE LA ROUTE
Application immédiate de la peine
pécuniaire en cas de contravention


Lors du Conseil des ministres, tenu, mardi, sous la Présidence du Chef de l’Etat, il a été procédé, notamment, à l’examen d’un projet de loi qui modifie et complète certaines dispositions du Code de la route. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des décisions ordonnées par le Président de la République en faveur du secteur des voitures de louage, des taxis et du transport public rural. Il vise également à renforcer davantage la sécurité de la circulation sur les routes, d’une part, et à conférer plus de transparence à l’application des dispositions du Code de la route, d’autre part.
Le projet qui prévoit l’application immédiate de la peine pécuniaire par le paiement du montant prévu pour la contravention auprès d’une recette des finances, dans le cadre d’un mécanisme de régularisation, comporte des mesures relatives à l’adoption d’une classification des contraventions, au renforcement de la sécurité routière et à l’organisation de la publicité sur les voitures.
Le Chef de l’Etat a mis l’accent sur la nécessité d’adopter les mécanismes modernes pour garantir la sécurité de la circulation sur les routes et d’intensifier les efforts de conscientisation et de sensibilisation au respect des dispositions du Code de la route de manière à réduire les drames de la circulation, recommandant d’impulser l’activité des associations œuvrant dans ce domaine.

T.H
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 16 Avr - 7:22


Commentaires des Lecteurs:

Oui à la réforme pour sauver des vies humaines ! 13/Apr/2007
Note Donnée : 5 / 5


La sollicitude du Chef de l'Etat et son interet constant pour préserver des vies précieuses sur les route, devrait n'avoir d'égal que le civisme du conducteur au volant, et (nous) inciter à la prudence.
La réforme des dispositions du Code de la Route et l'allégement des tracasseries administratives éliminent d'autre part les aleas de la non reception de l'avis de la contravention, et des complications consequentes inutiles
Ce projet de Loi est le bienvenu, en attendant - esperons le- un autre Projet pour durcir les dispositions relatives aux contraventions sur l'utilisation du cellulaire, en état de conduite, qui constitue un reflexe mortel, par certains utilisateurs inconscients

Auteur : DHAOUADI Mohamed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Le prince changeant   Mar 17 Avr - 19:08


Le prince changeant mardi 17 avril 2007
Selon une étude, les fillettes rêvent de moins en moins au prince charmant.

En effet, quelques années plus tôt, l'ambition féminine était de « tomber » sur un bon parti.
Aujourd'hui, cette ambition est partie et le vrai prince charmant s'appelle diplôme, boulot autonomie.
La preuve, cette anecdote concernant le jeune frère d'un ami qui a connu une collègue d'université. Le courant étant passé entre les deux profs, les choses sérieuses ont vite commencé. C'est, d'ailleurs l'avantage des rencontres « tardives », où l'on va directement à l'essentiel.

Et là, problème ! Chacun des deux futurs candidats au mariage avait son propre duplex, sa propre voiture, sa propre « résidence secondaire »... bref, sa propre indépendance.

Et comme chacun sait, deux têtes indépendantes ne peuvent que se tenir... tête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Développement régional   Jeu 19 Avr - 7:07

Réalisation, extension et maintenance de plusieurs établissements éducatifs à Gafsa

Le secteur éducatif verra, au cours de l’année 2007 dans le gouvernorat de Gafsa, la réalisation de plusieurs projets relatifs à la création de nouveaux établissements éducatifs et à l’élargissement et la maintenance des écoles et des lycées existants.

Parmi ces réalisations figurent la construction de deux nouveaux lycées à Gafsa et Métlaoui, d’une école préparatoire à Sened et la réalisation de la première tranche d’un nouveau lycée à Belkhir.

Parmi les autres projets programmés pour l’année en cours figurent la réalisation de la première tranche d’un nouveau local de la direction régionale de l’éducation et la formation à Gafsa.

D’un autre côté, les services régionaux compétents envisagent l’exécution d’importants chantiers pour l’élargissement des établissements d’enseignement de base, préparatoire et secondaire. Ce programme d’extension prévoit particulièrement la construction de 24 salles de classe normale, cinq salle spécialisées, une salle pour l’éducation technique et un certain nombre de laboratoires d’enseignement technique. Ce même programme comporte l’aménagement de 60 salles d’informatique, quatre espaces éducatifs multidisciplinaires, quinze espaces pour les classes préparatoires, ainsi que la construction de bureaux pour les directeurs, des blocs sanitaires et un dortoir pour les élèves internes.

Il sera procédé également cette année à l’entretien et à la maintenance de plusieurs lycées et écoles de la région, outre l’équipement des institutions éducatives de la région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Sam 21 Avr - 7:47


Protection des personnes âgées — Tissu associatif
Vieillir heureux et utile

En Tunisie, le tissu associatif spécialisé dans la protection et la prise en charge des personnes âgées œuvre de manière à leur fournir ce dont elles ont besoin tant du point de vue socioéconomique qu’affectif.
L’Union tunisienne de la solidarité sociale (Utss) constitue l’ONG centrale qui régit les 24 associations régionales de protection des personnes âgées.
En outre, d’autres organisations non gouvernementales se chargent d’encadrer les retraités et de leur garantir des activités culturelles et de loisir, susceptibles de consolider leur attachement inné à la vie et de sauvegarder les liens entre les différentes générations.
Notons principalement l’Association tunisienne des retraités, l’Association de la ligue des générations, l’Association du club tunisien de culture et de loisirs pour la génération du troisième âge, ainsi que l’Association tunisienne de la médecine de la vieillesse, sans oublier les associations amicales relevant de plusieurs institutions sectorielles.
Le ministère des Affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées a organisé, dernièrement, au siège du Centre intégré pour les jeunes et l’enfance du Bardo, et en collaboration avec l’Union tunisienne de la solidarité sociale, la première rencontre nationale des associations chargées de la protection des personnes âgées. Cette initiative traduit l’intérêt accordé aux personnes âgées, notamment celles qui vivent dans la nécessité.
En effet, avec l’augmentation de l’espérance de vie qui a atteint 74 ans, le taux des personnes âgées ira crescendo. Il convient de préparer un terrain institutionnel, associatif et socioéconomique favorable à la sécurité et à l’épanouissement des personnes âgées et de diffuser la culture d’une retraite active, utile et agréable à vivre. D’autant plus que bon nombre de personnes qui s’apprêtent à partir en retraite sont caractérisées par un niveau d’études supérieures et qui méritent, par conséquent, d’être prises comme référence.
La conception de la vieillesse, qui, jusque-là, se trouvait liée à l’inutilité, à l’effritement de l’activité physique et intellectuelle, devrait changer afin de doter cette tranche sociale d’un sens de la vie. Vieillir ne devrait plus être synonyme d’une attente funeste, mais plutôt d’un enchaînement naturel adéquat avec les aptitudes physiques et intellectuelles de la personne.
Il est par ailleurs important de faire la distinction entre le troisième âge proprement dit et l’âge de la retraite. En effet, l’âge de la retraite n’est pas une raison pour freiner ses activités et faire un recul par rapport à la vie socioéconomique, notamment avec l’amélioration du niveau de vie et de l’assistance médicale et par conséquent l’augmentation de l’espérance de vie.
Les associations spécialisées dans la protection des personnes âgées développent leurs programmes et leur conception même du troisième âge afin d’aider les personnes âgées à sortir de l’isolement.
Les associations régionales relevant de l’association mère qu’est l’Union tunisienne de la solidarité sociale couvrent tout le territoire tunisien. Leur travail consiste essentiellement à assurer aux personnes âgées démunies protection, encadrement et soutien.

Primauté du sanitaire et du socioéconomique

Leur mission est avant tout fondée sur la garantie, pour ces personnes âgées démunies, des besoins primaires et essentiels tels la nourriture, les soins et la prise en charge matérielle. L’Association régionale de la protection des personnes âgées à Ben Arous assure la protection de 2.180 personnes. «Nous visitons les personnes âgées démunies au sein de leurs familles et nous leur garantissons les soins nécessaires aussi bien par les consultations médicales assurées par un médecin et un infirmier que par les médicaments, mais aussi des aides diverses comptant les produits alimentaires, les vêtements, les couvertures, etc. De plus, nous organisons annuellement deux campagnes qui regroupent, à la fois, des activités de loisir et des visites médicales», note M. Mohamed Saïdène, président de l’association. Outre les aides proprement dites, l’association régionale de Ben Arous s’apprête à entamer un nouveau service, à savoir un club de jour pour les personnes âgées nécessiteuses. «Ces clubs permettront aux personnes âgées démunies de bénéficier, outre l’animation culturelle et de loisir, d’un petit-déjeuner, d’un déjeuner et d’un goûter. Cela comblera une partie de leurs dépenses quotidiennes», précise M. Saïdène.
De son côté, M. Habib Ben Slimane, président de l’Association de la protection des personnes âgées située à Djerba Ajim, indique que pour ce qui est de la prise en charge sanitaire, «l’association a assuré récemment la vaccination contre la grippe, ainsi que la consultation de 21 personnes âgées par un ophtalmologue. Celui-ci a effectué quatre opérations chirurgicales gratuitement».
Par ailleurs, l’intervention socioéconomique de certaines associations consiste, entre autres, en la recherche d’une famille adoptive pour la personne âgée démunie et sans famille. L’objectif étant de permettre à la personne en question de vivre dans un climat familial et non institutionnel. L’association de Ben Arous a accordé à une famille l’adoption d’un couple de personnes âgées. M. Abdessattar Najjari, président de l’Association régionale pour la protection des personnes âgées à Médenine, précise que pour donner l’accord d’une adoption, il faut veiller à ce que la famille adoptive ne figure pas parmi les proches de l’adopté et que sa situation socioéconomique soit favorable. «Notons, également, que la famille adoptive reçoit 100 DT par mois comme bourse susceptible de l’aider à prendre en charge la personne âgée adoptée», note M. Najjari. De son côté, M. Saïdène souligne qu’outre cette somme, la personne âgée reçoit une bourse trimestrielle de 130 DT.

Les retraités : compétences confirmées et solidarité affirmée

Si la plupart de ces associations œuvrent quant à l’instauration des clubs de jour afin de mettre à la disposition des personnes âgées un espace dans lequel elles passent la journée tout en bénéficiant de la nourriture et de l’animation, l’objectif qui ira, désormais, de pair consiste en l’utilisation des compétences des retraités pour soutenir ces personnes, notamment sur le plan psychologique.

Lacunes à combler

C’est, par exemple, le cas de l’association régionale de Médenine qui a fait la liste des compétences des retraités spécialisés dans plusieurs domaines et dont le niveau culturel leur permet de consoler les plus fragiles et de les orienter vers des activités susceptibles de les sortir de leur détresse. «Les retraités sont les mieux placés pour réconforter les personnes âgées démunies et rejetées par leurs familles en raison de leur âge en rapport».
Certes, la multiplication des associations de protection des personnes âgées et la conjugaison des efforts traduisent l’importance vouée à cette tranche sociale. Cependant, et au cours de cette rencontre, bon nombre de lacunes ont été notifiées et dont la résolution permettra à ce domaine à la fois associatif et social de réussir un développement et une qualité de service meilleurs.
Parmi les lacunes les plus importantes, on note le manque de moyens financiers pour assurer aux résidents ainsi qu’aux adhérents les meilleurs services. Outre l’aspect financier, la plupart de ces associations manquent remarquablement d’agents spécialisés et qualifiés pour prendre soin des personnes âgées. Le président de l’association régionale de Kasserine a même évoqué l’existence d’un problème de spécialisation dans les associations. «Je ne comprends pas le fait de qualifier une association pour personnes âgées comme telle, alors qu’on y trouve des personnes démunies de tous âges et même des enfants !», s’exclame-t-il.
Après avoir misé sur le nombre des associations et des services fournis au sein de ces ONG, il est important de se pencher sur la qualité en focalisant, notamment, sur les ressources humaines qualifiées. La prise en charge d’une personne âgée implique patience et effort. Pour les assurer, il faut un personnel assez important en nombre et suffisamment qualifié.

Dorra BEN SALEM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Transport aérien: Des prix défiant toute concurrence   Sam 28 Avr - 6:57

A la une vendredi 27 avril 2007

Transport aérien: Des prix défiant toute concurrence
Paris - Monastir pour 69 euros!
La nouvelle compagnie low cost et charter d'Air France Transavia.com lance une grande opération marketing
Les professionnels du tourisme mettent les bouchées doubles en vue de préparer la saison estivale. L'année 2006 a confirmé encore une fois la bonne santé du marché français avec l'arrivée de plus d'un million de touristes.
Le marché du tourisme et du voyage en France connaît depuis quelques années une évolution constante. Un Français sur deux partira cet été pour un séjour de 4 nuitées et plus, malgré les surtaxes au prix du pétrole et les élections alors qu'ils étaient 60% il y a 5 ans. Parmi les destinations les plus prisées figurent l'Espagne ( 21% ) l'Italie ( 12%) le Portugal ( 8%) la Tunisie ( 6% ) Le Maroc ( 6%) et l'Amérique du Nord ( 5%). La recette gagnante : le soleil, last minute et les petits prix. Les Français cherchent de plus en plus les séjours à bas prix. Ce qui explique la prolifération des compagnies charters et Low Cost qui cassent les prix en offrant des voyages bradés. Pour cet été, Transavia.com, la compagnie low cost et charter du Groupe Air France a dévoilé son programme régulier sur la Tunisie. Son président Lionel Guérin a précisé que la compagnie assurera une fréquence par jour entre Orly et Djerba à partir du 1er juin. Un deuxième appareil B737 -800 (186 sièges) reliera Orly à Monastir cinq fois par semaine. Transavia.com a commencé à commercialiser ses vols avec des prix agressifs : 69 euros pour Monastir et 79 euros pour Djerba en aller simple, toutes taxes comprises. Elle réalisera le gros de ses ventes sur la Tunisie sur internet. D'ailleurs les Tour-opérateurs français qui travaillent sur la Tunisie ( Club Med, Nouvelles Frontières, Fram et Hypervacances) comptent travailler cet été avec Transavia où ils ont mobilisé plusieurs bloc-sièges. Tranavia.com va programmer des vols charter cet été pour le compte du Club Med sur Djerba. Un service à bord baptisé « Mini-Market on the air » sera assuré durant les vols Orly-Monastir et Djerba où les voyageurs pourront acheter des sandwichs, des boissons, des magazines...Bref, le marché français sera consolidé davantage par ces nouveaux vols. Ce qui renforcera les flux touristiques sur la Tunisie surtout en cette période de pointe et de surbooking.
Kamel Bouaouina
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Sam 28 Avr - 7:13

vendredi 27 avril 2007

Star Academy Maghreb 1: Ce soir, le premier prime, sur Nessma TV
Khaled, lâam et latif a Raefat seront de la partie



Le public va peut-être arrêter de jaser, il ne comprenait pas comment une Star Academy pouvait commencer sans primes. Nous l'avions annoncé depuis plusieurs semaines, le premier prime aurait lieu le 27 avril, après avoir permis aux élèves de profiter a,u maximum de la vie au Dar, et des cours avec les professeurs.
Ce soir, ce sera la dernière ligne droite avant la sortie pour l'un des candidats nomi-nés. Il y a deux semaines, Dounia (Alger) avait été la première à quitter le Dar, malheureuse et démoralisée, alors qu'elle était persuadée de continuer un peu plus l'aventure. La semaine suivante, ce fut la désillusion pour Yosra (Sfax) qui, bien qu'elle fût la plupart du temps première de la classe, a été nominée et a finalement quitté le Dar, au profit de Faten (Le Kef) et de Khairi (Tripoli). Après réflexion, il s'est avéré que c'était de l'injustice que de priver Dounia et Yosra du premier prime. Pendant le débrie-fing, il a été décidé que les deux filles réintégreraient le Dar, pour au moins une semaine de plus, mais qu'elles seraient nominées d'office. Yosra et Dounia jouent encore une fois leur place à la Star Academy, aux côtés de Jamel (Annaba) et Faten (Le Kef).

Cette semaine, il s'est avéré que Yosra était au centre des

discussions au sein du Dar. Soraya (Nabeul - Lausanne) refusait catégoriquement que Yosra rejoigne les candidats, mais finalement elle a avoué qu'elle était plutôt contente que sa compatriote ait réintégré l'académie... au point d'essayer de reconquérir son cœur. D'un autre côté, Firas (Kairouan) a créé un clash entre lui et Farid en prétendant qu'il était hypocrite envers son rapport avec Yosra. Bon, ça

suffit les gars, vous n'êtes pas là pour les commérages, un peu de sérieux ! De toute façon, quand il s'agit de s'exprimer, les candidats ne se privent pas, d'ailleurs ils ne se retiennent jamais d'exprimer leur mécontentement d'une chanson qui leur est proposée, mais qui ne leur plaît pas... Justement, cette semaine Hajar a refusé d'interpréter «Aêlach ya ghezali» de Latifa Raefet, prétendant que ce n'était pas une chanson assez puissante qui montrerait le niveau de ses performances au public, pendant ce premier prime.

Ce n'est pas très gentil pour la Marocaine, Latifa Raefet, qui est invitée pour chanter avec eux aujourd'hui, ainsi que Khaled le roi du Raï, et Lâam, la princesse des cités. Bien évidemment, les quatre nominés ne pourront pas participer à tous les tableaux et chansons collectives du prime, mais Dounia interprétera «F m selling», alors que Yosra chantera «Lamouni illi gharou minni», tandis que Faten présentera «Ya boudour» et Jamel «Trahouija». La réalisation des primes, à commencer par celui de ce soir, sera assurée par Jérôme Revon, le réalisateur des shows de la Coupe du Monde 98, ainsi que des quatre premières saisons de la Star Academy française, mais également de la dernière Nuit des César - en voilà, un CV ! À l'issue de l'émission, deux candidats parmi les quatre nominés seront sauvés par le public, alors, qu'un troisième va être repêché; par ses candidats... Même s'il y a lieu ,,eb penser que nos pronostics sont corrects, rien n'est encore joué, Yosra pourra très bien continuer l'aventure. Malheureusement pour Fateri, avec 6% du public qui l'apprécie, elle n'est pas près de retourner à l'auberge. Toutefois, ce soir aussi il se peut qu'on tombe des nues. Seul le public peut décider de leur sort...


Khalil



Dernière édition par le Sam 28 Avr - 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
nahed_s
Admin


Nombre de messages : 4
Localisation : France, Paris
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Un bon PRIME enfin !!!   Sam 28 Avr - 10:49

Bonjour tout le monde,

J'éspère que vous avez pu regarder comme moi hier soir le 1er "Prime" sur Nesma TV. En effet, on peut dire que ce fut une soirée réussie pour une première. Bien sûre elle n'est pas encore au niveau de ceux qu'on voit sur la télé française ou même libanaise (effets speciaux, chorégraphies, prestations vocales...) mais on ne peut pas tout avoir du premier coup ! C'est déjà un pas énorme comparé aux émissions de variétés existantes et inchangées depuis plusieurs années. En fait, le moment qui m'a le plus marqué et qui m'a fait le plus grand plaisir c'est quand la chanteuse Lâam a exprimé son amour pour sa patrie et pour tous les tunisiens. En particulier Gafsa qui est, précisa-t-elle, sa ville d'origine !
<<Appelez moi Lamia, s'il vous plaît. Car c'est mon vrai prénom. Le bonjour à ma cousine Hédia qui est à Gafsa et à tous les Gafsiens ! Je vous embrasse tous>>
Vraiment c'était très honorable et attachant de voir une grande chanteuse comme elle exprimer son affection pour ses origines ainsi. Merci à toi Lâam ! (ou plutôt Lamia )
Voici le lien pour la starAcademy Maghreb :
http://www.staracademy-maghreb.com/Star/Lang/fr

P.S.1 : La chaine Nesma fait partie du Groupe "Karoui&Karoui World" , Les fondateurs sont tout simplement les frères Nabil et Ghazi Karoui.
http://www.karouikaroui.com/fr/index.htm
P.S.2 : Nabil Karoui est le mari de Salwa Smaoui (Gafsienne bien sûre) qui est aujourd'hui à la tête de Microsoft Tunisie.
http://www.globalnet.tn/index.php?option=com_content&task=view&id=1740&Itemid=325http://www.tunishebdo.com.tn/article.php?rid=6&id=22091
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Lâam, la Cendrillon des cités   Lun 30 Avr - 7:17

Lâam, la Cendrillon des cités


Ses chapeaux atypiques sont plus fameux que la chanson qui l'a propulsée. Il y a près de dix ans, une jeune chanteuse de la banlieue est apparue sur les écrans français, avec des chapeaux haut-de-forme et des perruques extravagantes, en reprenant une chanson de Michel Berger, avec une voix exceptionnelle et une distribution originale.

Peu de temps après, l'album avec cette reprise de "Je veux chanter pour ceux" est disque de diamant... Surnommée la Cendrillon des cités, Lâam, de son vrai nom Lamia, est originaire de Gafsa, et elle a fait l'honneur à la Star Academy Maghreb de venir chanter pour le premier prime, dans sa terre natale...

LE TEMPS : Si vous nous disiez quel intérêt a pour vous la Star Academy Maghreb ?

LÂAM : Je suis très contente qu'on la fasse en Tunisie, mon pays d'origine. La Star Academy est un concept qui marche très bien à travers le monde. J'ai déjà participé à la Star Ac' Liban, mais c'est plus touchant pour moi de la faire ici, en Tunisie, et je suis vraiment très fière.

* En quoi la Star Ac' sera bénéfique, selon vous, pour la scène musicale maghrébine ?

- Vous savez, aux États-Unis on connaît beaucoup la musique orientale, et vous voyez les chanteurs de rap, par exemple, ils en sont très influencés. Si on va parler de la musique maghrébine, du folklore maghrébin, je pense que c'est très bien de s'ouvrir sur le monde, de faire la fête avec de la bonne musique, nous avons tellement de richesses musicales qu'il faut ramener à la lumière.

* Comment vous, fille de la banlieue, d'origine tunisienne modeste, avez-vous réussi à vous faire connaître en France ?

- Si je me mets à vous raconter mes débuts, croyez-moi ça nous prendra trois heures. Pour moi, bien évidemment, ça a été très difficile, comme tout le monde. Je n'ai abouti à la situation où je suis qu'au bout de douze ans de travail acharné ; j'ai commencé à chanter à quatorze ans, et je n'ai enregistré mon premier album qu'à l'âge de vingt-sept ans. Et entre-temps, j'ai fait tous les métiers, j'ai été femme de ménage, vendeuse, serveuse, j'ai chanté dans la rue, dans le métro, et je me suis accrochée à mon rêve, je ne l'ai pas laissé tomber, jusqu'à le toucher finalement.

* Croyez-vous que la Star Academy est suffisante pour "créer" une star ?

- Justement, je ne crois pas qu'on puisse créer une "star", je pense qu'on est artiste ou on ne l'est pas. Cependant, c'est vrai que c'est facile d'être star, mais ce n'est pas aussi évident d'être artiste. Par exemple si on regarde la télé, que n'importe qui chante n'importe quoi, ou qu'un inconnu fasse un coup à la télé, par exemple, il peut devenir star. Et ceux qui n'auront pas la chance de continuer la Star Ac', ils seront déjà stars en quelque sorte dans leur région. Mais ce n'est pas facile d'avoir l'art. Et donc oui, la Star Ac' peut être un bon début, pourquoi pas, mais il ne faut pas s'arrêter là.

* Vous chantez en duo avec Badrou, vous avez déjà répété avec lui ; que vous inspire-t-il ?

- Badrou a de la prestance, il chante extrêmement bien, et il est en même temps timide ; ce qui est bien, parce que cette timidité véhicule de l'émotion dans la chanson, et en outre il a une très, très bonne voix. Je dirais qu'il a quelque chose de Barry White... C'est drôle, il vient d'un petit village, et il m'a dit : "Il y a un mois je voyais des moutons, et maintenant je vois Lâam."

* En 2002, vous avez mis votre carrière de côté pour jouer dans "Cindy", une comédie musicale qui n'a pas vraiment cartonné... Cet échec vous a-t-il aidé en quelque chose dans votre carrière ?

- Vous savez, dans n'importe quelle carrière, il y a toujours des hauts et des bas, mais l'échec de "Cindy" m'a fait beaucoup de mal, surtout que la production a tout misé dessus et qu'elle a finalement tout perdu. La crédibilité n'est pas facile à obtenir... Mais je ne regrette pas, je ne regrette jamais rien, c'était une très belle expérience, on travaille tous les jours pour avancer un peu, et le fait d'avoir participé à cette comédie musicale m'a beaucoup apporté. Mais je ne referais pas ça, c'est très dur. En plus, je ne veux pas qu'on m'impose des chansons, je préfère quand j'y suis pour quelque chose.

* Pour vous, quelles devraient être les qualités du gagnant de la Star Academy Maghreb ?

- Tout d'abord, l'important c'est de ne pas oublier d'où on vient. Il ne faut pas faire tout et n'importe quoi sous prétexte qu'on est une star, non. Il ne faut pas être trop capricieux...

* Des conseils que vous donneriez aux candidats ?

- Qu'ils s'éclatent, tout simplement, qu'ils profitent au maximum de cette chance qui leur est donnée.

Khalil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: «Star Academy»   Mer 2 Mai - 20:24

Drame du gala «Star Academy» à Sfax
La fête gâchée

7 victimes dans la bousculade et 32 blessés
La Presse — Les fans de la Star Academy — et ils étaient par milliers qui avaient pris d’assaut, lundi soir, les travées du théâtre de plein air de Sidi Mansour, à Sfax — ne pouvaient prévoir ce qui les attendait dès l’entame du spectacle.

L’ambiance était, en effet, des plus joviales et les stars, celles qu’elles avaient appris à aimer voire à aduler depuis des mois, à travers les retransmissions en direct de leurs galas, étaient là sur scène, en chair et en os, avec en prime un temps idéal pour un spectacle en plein air. Ça sonnait bien le printemps pour tous ces jeunes, âgés de 12 à 30 ans, avides de défoulement et de communion, d’autant que dès l’entame de la soirée, la chanson bien appréciée : Jina N’ghanni, suivie de celle : Messaynakoum ya Ahl Eddar ont électrisé l’ambiance.

Toutes deux ont été reprises en chœur par toute l’assistance en délire.

Puis, la star irakienne, Ghada a interprété la chanson à succès d’Assala Nasri Akhtar min elli ana nehlem bik, suivie aussitôt du trio Maroua, Thyna et Saly qui a, à son tour, charmé l’assistance par la non moins chanson en vogue de Nancy Ajram Ya tab tab…

Ce fut dès lors le déclenchement des bousculades. Le public — billets en main, mais qui n’avait pas pu avoir accès au théâtre — a forcé l’une des portes, restée étrangement fermée, et a pris d’assaut les entrées, avec l’espoir de goûter aussi aux délices du spectacle.

La confusion qui s’ensuivit fut fatale pour certains parmi les présents. Le service d’ordre, dépassé par la violence de l’irruption des contestataires ne put qu’assister impuissant aux événements dramatiques qui gâchèrent la fête.

Des corps de jeunes de 12, 16, 19 ans ont été trouvés ensuite à même le sol, gisant dans leur sang, les visages défigurés…

Parmi les victimes au nombre de sept, on relève la défunte, Nadia Ben Salah, une étudiante en première année, Saloua Jarraya, étudiante aussi en 2e année supérieure. Le jeune Saddoud, âgé de 12 ans, a connu le même sort, lui qui avait reçu pour cadeau ce jour là, qui coïncidait avec son anniversaire, un billet d’accès au spectacle. Quelle tristesse ?

La jeune Maroua, âgée de 16 ans, n’a point été épargnée par le drame, elle qui avait perdu il y a quelques mois son père. Sa mère était inconsolable en apprenant la pénible nouvelle.

Sfax, plongée lundi soir dans la tragédie, a vécu dans la tourmente des heures durant que seule la sollicitude du Chef de l’Etat a atténuée.

Les visites, que les deux ministres de l’Intérieur et du Développement local et de la Santé publique ont rendues sur instructions du Président Ben Ali, au chevet des blessés, et ils sont au nombre de 32 selon le directeur régional de la santé, Mustapha Harrabi, ainsi qu’aux familles des victimes, ont apporté du baume au cœur de tous ceux que le mauvais sort n’a pas épargné en cette nuit, censée être celle de la communion. Le message transmis par le Chef l’Etat a été en effet apprécié à sa juste valeur, d’autant plus que la diligence des services de secours a été bien au niveau des attentes.


Rachid AYADI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Jeu 3 Mai - 21:49

Sfax encore sous le choc
Jeunes fauchés à la fleur de l’age ; parents brisé


La ville de Sfax vit encore sous le choc du drame qu'elle a vécu dimanche soir. Le Gala de la Star Academy, qui était le rêve de milliers de jeunes, s'était transformé brutalement en cauchemar. Tous et toutes déplorent cette tournure.


Ils accusent ... Ils accusent ... « l'organisation manque de professionnalisme. Nous demandons que toute la lumière soit faite autour de ces incidents. Le service d'ordre n'était pas suffisant. Les billets ont été vendus en surnombre. ». Là, c'est le côté des incidents à évaluer et des responsabilités à assumer. Mais, il y a aussi le côté social et humanitaire. Des familles ont perdu leurs enfants et les pleurent encore.

Amertume

Les parents évoquent avec amertume la catastrophe qu'ils ont subie. Sami Jarraya, le père de Maher et Nada, évoque les souvenirs des derniers moments qu'il a partagés avec sa fille : « C'est une brave fille. Elle est en 3ème année du supérieur en économie et gestion. Elle a trouvé un emploi dans une manufacture de textile pour nous aider à couvrir les frais de l'intervention chirurgicale que sa mère allait subir. » Il poursuit en disant : « C'est son frère, blessé, qui nous a appelés affolé en disant : Au secours papa ! on nous a frappés ... on risque de mourir ! C'est très dur. Mon fils dit : à la montée du Koweïtien Ahmed sur la tribune, un court circuit a éteint un projecteur d'un côté. Un flux de spectateurs a jailli de l'autre. Et, c'était la panique générale.».

Quant à H'souna M'seddi, père de Hana, il évoque les conditions dans lesquelles il a vécu sa recherche de sa fille parmi les victimes : « Je l'ai envoyée au Gala pour récompenser ses efforts dans les études. Elle est très brillante. Je l'ai appelée à 21h et elle était encore dehors. Je lui ai demandé d'être prudente. Au téléphone suivant, c'est la police qui a répondu et qui m'a demandé de venir à l'hôpital. Or, même là, j'étais sans la moindre information jusqu'à une heure du matin. Vous trouvez ça normal ! »

Il est clair que les parents vivent difficilement cette catastrophe. Ils acceptent leur destin mais ils réclament justice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Sam 5 Mai - 12:38


L'héritière Paris Hilton condamnée à 45 jours de prison ferme

LOS ANGELES (AFP), 08:14
L'héritière Paris Hilton, l'une des femmes les plus photographiées au monde, va passer une partie de l'été sous les verrous, un juge de Los Angeles l'ayant condamnée vendredi à 45 jours de prison pour avoir violé les termes d'une mise à l'épreuve en conduisant sans permis.

A l'issue d'une audience de trois heures, le juge Michael Sauer a suivi les réquisitions du parquet. Paris Hilton n'a pas été placée sous mandat de dépôt, mais elle devra se présenter dans une prison de l'agglomération de Los Angeles le 5 juin pour commencer à purger sa peine.

La richissime héritière d'une partie de l'empire hôtelier, âgée de 26 ans, devait répondre de son interpellation le 27 février au volant de sa voiture sur le célèbre Sunset Boulevard, dans l'ouest de la mégapole californienne. Elle roulait trop vite et les phares de sa Bentley de grand luxe n'étaient pas allumés, selon le procès-verbal de la police.

Or, le permis de conduire de la jeune femme avait été suspendu à la suite de son arrestation pour conduite en état d'ivresse en septembre 2006, délit qui lui avait valu une condamnation le 22 janvier à trois ans de mise à l'épreuve. Les représentants du parquet ont en outre fait valoir que Paris Hilton avait été interceptée le 15 janvier par la police d'Etat californienne, qui l'avait informée qu'elle n'avait pas le droit de conduire, sans toutefois lui dresser de procès-verbal à cette occasion.

© AFP

Paris Hilton à son arrivée au tribunal le 5 avril 2007 à Los AngelesCet élément invalidait, selon le parquet, l'argumentation du porte-parole de la jet-setteuse, Elliot Mintz, qui avait affirmé auparavant que sa cliente n'était pas au courant du fait qu'elle n'avait pas le droit de conduire. Le juge a du reste qualifié le témoignage de M. Mintz de "sans aucune valeur". Estimant que la violation de sa mise à l'épreuve par Paris Hilton était "flagrante", le procureur de la ville de Los Angeles Rocky Delgadillo avait demandé au juge Sauer de la condamner à 45 jours de prison.

En outre, selon M. Delgadillo, Mlle Hilton a montré son mépris envers les décisions de justice en ne s'inscrivant pas en temps et en heure à un programme d'éducation aux méfaits de l'alcool, comme sa condamnation de janvier lui en faisait pourtant l'obligation.

Selon le site internet spécialisé dans les célébrités TMZ.com, Paris Hilton était en larmes lors de l'audience de vendredi, et a demandé "pardon" à de multiples reprises au juge, dans une salle où se trouvaient également ses parents Rick et Kathy. Figure de la jet-set, Paris Hilton était devenue célèbre en 2003 après la parution sur l'internet d'une vidéo montrant ses ébats sexuels avec son ex-petit ami. Elle était ensuite apparue dans une émission de télévision-réalité, avant de faire ses débuts au cinéma en 2005 dans un film d'horreur de série B. Elle a sorti en 2006 son premier album de musique.

© AFP

Paris Hilton à sa sortie du tribunal le 5 avril 2007 à Los AngelesArrivée en retard d'au moins 15 minutes à l'audience de vendredi après-midi dans un tribunal du centre de Los Angeles, Paris Hilton avait été accueillie par un mur de photographes et de caméramen, au nombre d'une soixantaine. Le Los Angeles Times a pour sa part dénombré une vingtaine de camions de retransmission de télévisions, témoin de la "Hiltonmania" qui agite la presse magazine et généraliste. Le visage fermé, Paris Hilton, vêtue d'un costume sombre et d'une sage chemise blanche, un bandeau noir dans les cheveux, n'a fait aucun commentaire lors de son entrée dans le bâtiment, ni à sa sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: 38 projets d’essaimage en cours de réalisation   Dim 6 Mai - 10:29

Gafsa - Séminaire régional d’évaluation des projets d’essaimage

38 projets d’essaimage en cours de réalisation
Quelque 90 projets d’essaimage et de développement ont été identifiés à Gafsa, dont 38 sont en cours de réalisation moyennant des investissements de l’ordre de 74 millions de dinars, selon des chiffres présentés lors du séminaire régional sur l’évaluation des projets d’essaimage et de développement tenu hier à Gafsa.

Ces projets devraient permettre la création de 1.551 postes d’emploi, outre 1.156 emplois qui devraient être créés grâce aux 23 projets dont les plans de financement sont en cours d’achèvement, moyennant des crédits de 45 millions de dinars.

Des responsables des structures de financement et de soutien, des hommes d’affaires et de nouveaux promoteurs, des représentants de sociétés d’investissement ont pris part au séminaire de Gafsa qui s’inscrit dans le cadre du suivi du premier séminaire sur l’essaimage organisé dans la région à la fin de l’année dernière.

De même, d’autres investissements sont en cours d’étude. Il s’agit de 28 projets moyennant des investissements de plus de 30 millions de dinars qui devraient contribuer à la création de 832 emplois.

Présidant la rencontre, M. Mohamed Kechiche, ministre des Finances, a affirmé que l’action d’évaluation s’inscrit dans le cadre des orientations tracées en vue de consolider le développement régional, la promotion de l’environnement de l’entreprise et l’accélération du rythme de création d’emplois, notamment au profit des diplômés de l’enseignement supérieur.

Il a passé en revue les mesures décidées pour dynamiser l’investissement, soulignant l’importance de la décision relative à l’autofinancement, annoncée par le Chef de l’Etat à l’occasion du 1er mai en vue de permettre aux enfants des familles nécessiteuses d’avoir accès à des financements pour compléter le montage financier de leurs projets.

Innorpi - Séminaire : Sensibiliser davantage à la protection de la propriété industrielle

Investissements directs étrangers : Vers l’implantion d’une usine de production de câbles électriques à Siliana

Formation en matière de technologies de l’information et de la communication : Diffuser la culture numérique auprès des jeunes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: LES TUNISIENS ET LES VOYAGES   Mer 9 Mai - 19:35

LES TUNISIENS ET LES VOYAGES
Prisonniers de contraintes…

Les vacances d’été arrivent à grands pas, bien que la météo laisse penser le contraire. Et chacun d’attendre avec impatience le moment où il pourra se détendre à la plage ou dans d’autres lieux comme les festivals, la campagne ou encore les mariages. D’autres voyageront mais ils seront très peu à le faire car de nombreuses contraintes sont là à barrer la route à ceux qui souhaitent prendre l’air ailleurs.

Quel Tunisien n’a jamais voulu prendre l’avion et se rendre dans un autre pays pour voir se qui s’y passe ? Qui n’a jamais souhaité aller ailleurs changer d’air et en même temps apprendre ? "Les voyages forment la jeunesse", avait écrit le moraliste et homme politique français du XVIè siècle Montaigne dans ses essais et nous pouvons ajouter que les voyages apportent une grande expérience de vie aux adultes.
Cependant, nous Tunisiens, nous nous retrouvons face à des contraintes et des décisions indépendantes de notre volonté nous empêchant de jouer les "filles de l’air" et de nous ouvrir à d’autres peuples. Car les voyages permettent sans conteste une ouverture d’esprit. Etrangement, nous avons l’impression que tout est mis en œuvre pour que nous soyons sédentaires, comme si nous appartenions à un ordre régulier, qui n’a pas le droit de mettre le nez dehors pour savoir ce qu’il s’y passe.
Peut-être cela est-il exagéré ! Mais à part la Libye et l’Algérie, qui offrent une possibilité de s’y rendre par la route, les autres voyages, par manque de temps, ne peuvent se faire que par voie aérienne. Cependant, pour voyager à l’étranger, le Tunisien moyen doit parcourir un véritable parcours du combattant.

Voyager, un luxe ?
Prendre l’avion serait-il devenu un luxe à l’heure de la mondialisation et des charters ? On peut se le demander quand on connaît le prix d’un billet d’avion pour se rendre à l’étranger ! A moins d’avoir un très gros compte en banque, on ne pourra jamais se prendre pour Ibn Battuta ! A titre d’exemple, un billet aller-retour Tunis/Nice coûte près de 500 dinars –Nice n’étant qu’à 1h30 environ de Tunis à vol d’oiseau ; prix valable pour une durée d’un mois pour un adulte en période estivale quelle que soit la compagnie non charter ! Il n’y a pas si longtemps que cela 500 dinars pouvaient nous amener jusqu’à Paris et encore il nous restait de la monnaie ! On pourra justifier cela par la fluctuation du prix du pétrole. Mais est-ce la bonne excuse ? Car même s’il y a baisse du coût de l’or noir, les tarifs des billets d’avion continuent leur envolée ! Il faut dire que le problème du coût du billet est mondial, cependant ailleurs il y a les charters.

Hégémonie
Malheureusement, nous n’avons pas encore le droit d’utiliser ces vols à tarif bon marché. Toute personne vivant en Tunisie ne peut accéder aux charters. Il semblerait que nous sommes les seuls au monde à ne pouvoir utiliser ce moyen pour voyager. Pourquoi ? Peut-être à cause de l’hégémonie, de la suprématie de notre compagnie nationale et d’autres… Une hégémonie voulue par une politique économique qui ressemble étrangement à du protectionnisme en matière de tourisme. Alors que si notre compagnie aérienne nationale s’ouvrait à d’autres parcours aériens, elle pourrait être des plus concurrentielles sans avoir à désavantager les Tunisiens. Cela est tout à fait possible au Maghreb, puisque, par exemple, la Royal Air Maroc et l’aéroport de Casablanca sont devenus incontournables en matière de voyages et de correspondances vers de nombreuses destinations, notamment sur notre continent, il en va de même pour l’aéroport de Tripoli et d’une des compagnies libyennes. Auparavant, pour se rendre dans certains pays même sur notre propre continent, il fallait obligatoirement passer par un pays européen.

Impitoyable visa !
Cette solution pourrait régler également une autre difficulté, celle du visa de transit. Problème crucial que celui du visa et du visa de transit ! Après avoir réglé le prix du billet, le Tunisien doit s’acquitter de celui de ce cachet apposé sur le passeport et valant autorisation de séjour. Il faut préciser que nous ne sommes pas les seuls au monde à connaître ce problème de visa puisqu’il est une obligation pour nombre de personnes à travers la planète quels que soient leur pays d’origine et leur destination. Grâce à certains accords bilatéraux, nous sommes exemptés de visas pour certains pays notamment ceux de l’UMA et certains Etats africains (mais là, ce qui freine c’est le prix du billet !). Mais il est vrai que les Tunisiens préfèrent encore se rendre en Europe, à croire que nous sommes un peuple qui adore les difficultés !
Le prix du visa peut être une entrave aux voyages. Si nous prenons le cas d’un visa court séjour pour l’espace Shengen, il est actuellement de 100,670 dinars, non remboursable en cas de refus d’attribution…
Timbre et allocation
Ces différentes difficultés surmontées, le Tunisien peut prendre l’avion. Que nous partons une semaine ou un mois, notre allocation touristique, elle, ne change pas. De mille dinars, elle est passée à deux mille dinars par an, cumulables. Cela est non négligeable, mais il faut avouer que cette somme ne représente qu’un argent de poche surtout à destination des pays européens où le pouvoir d’achat est plus fort que chez nous ; à moins d’être hébergé chez de la famille, chez des amis ou chez des connaissances… Car même en allant en touriste, on est toujours attiré par le shopping…
Dernier handicap avant de monter dans l’avion : le fameux timbre de voyage ! Tout Tunisien ne voyageant pas dans l’espace UMA (Algérie, Maroc, Mauritanie et Libye) et résidant en Tunisie ou à l’étranger mais ayant passé plus de six mois intra-muros doit payer une taxe sur les voyages. Il en va de même pour tout résident étranger en Tunisie. Il est vrai que dans certains cas, l’exemption de cette taxe a lieu. Sans ce timbre pas de sortie du territoire, il ne reste plus au Tunisien qu’à débourser 60 dinars pour pouvoir se dire "enfin !". 60 dinars contre 45 auparavant, l’augmentation a de quoi donner un bon coup à l’estomac ! La taxe de voyage est une décision d’un ancien gouvernement contestée qui reste comme une tradition bien ancrée chez nous…
Dans la tête !
Nous avons l’impression que toutes ces contraintes ont été mises en œuvre pour empêcher le Tunisien, et surtout le Tunisien moyen, de voyager extra-muros et même de voyager tout court. Car, il ne faut pas oublier que même pour des séjours dans des hôtels à l’intérieur du pays, c’est parfois la croix et la bannière ! Il est vrai qu’il n’y a pas que les difficultés du prix du billet, du visa et du timbre de voyage, mais il y a celles des nuitées. Même si l’Etat a fait de considérables et louables efforts sur cela, en demandant aux hôteliers de faire des prix pour les Tunisiens, il n’en reste pas moins que les gérants d’hôtels préfèrent accueillir des touristes de bas de gamme venant dans notre pays grâce à des packages aux prix bradés plutôt que leurs propres concitoyens. Il est même à penser que cela est une obligation pour eux en attendant des jours meilleurs qui ne viendront sûrement pas.
Finalement, le meilleur moyen pour un Tunisien de voyager, c’est dans la tête !

Z.H

© 2004 Tunis Hebdo - Tous droits réservés pour tous pays
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 16 Mai - 7:24

A la MC Ibn-Rachiq, les 11 et 12 mai 2007
« Le patrimoine de Gafsa : de la créativité… au rayonnement


[color=black][b]Dans le cadre du Mois du patrimoine, l’Association du Colloque international de Gafsa sur les civilisations préhistoriques, en partenariat avec la MC Ibn-Rachiq et avec la participation de l’Association de sauvegarde de Sned Djebel et l’Association de sauvegarde de la médina d’El Guettar,

a organisé les vendredi 11 et samedi 12 mai une manifestation sur le thème : «Le patrimoine de Gafsa : de la créativité… au rayonnement».
Le club Unesco-Alecso de Gafsa, autre partenaire de cette importante manifestation, fidèle à ses objectifs et idéaux, vise à promouvoir l’incomparable richesse des trésors du patrimoine matériel et immatériel de la région de Gafsa, ancré dans l’histoire depuis la civilisation capsienne (plus de 8.000 ans d’histoire) jusqu’à nos jours, et à démontrer que l’investissement dans ce secteur constitue un enjeu national de développement durable, outre le fait qu’il propose un produit alternatif de taille pour le tourisme écologique et culturel.
Au rez-de-chaussée et à l’étage de la MC Ibn-Rachiq, les visiteurs pourront admirer les produits de très haute qualité de la tapisserie gafsienne réalisés par la Maison des artisans créée par le club Unesco de Gafsa, grâce à l’appui de l’Institut français de coopération et de l’ONA. Des œuvres d’art, porcelaine et peinture, sont également proposées ainsi que des photographies d’art sur les méthodes d’irrigation traditionnelle, la gestion de l’eau dans l’oasis d’El Guettar et les richesses patrimoniales et environnementales de la région, notamment le plus ancien monument «religieux» connu au monde et qui remonte à 40.000 ans avant J.-C., il s’agit d’un amas de silex taillés et de galets en forme de crânes humains. Il y a aussi les «foggara» (système d’irrigation souterraine typique à la région d’El Guettar).
Le public a eu le plaisir de découvrir certains produits artisanaux typiques de grande valeur esthétique, gravés dans la mémoire des Gafsiens, des plantes médicinales de la montagne et les œuvres des artistes Raouf Kaâbachi, Nada Nasser et Kamel Bellil.
Une table ronde autour du rôle des associations dans la valorisation du patrimoine matériel et immatériel a réuni M. Lakhdhar Arari qui a évoqué les potentialités du patrimoine de Gafsa, le Dr Lotfi Belhouchette qui a traité l’art capétien et le Dr Noureddine Nasr, l’oasis de Gafsa en tant que site pilote du projet-système ingénieux du patrimoine agricole mondial.
D’autres interventions ont émaillé cette table ronde, telles celles de Férid M’Barek, Mokhtar Farhat, Dr J. Zoghlami, Glay Nasri et Hatem Guetari.
A l’issue de la manifestation, le public a été convié à une séance de dégustation de quelques produits du terroir.
Au 2e jour de cette manifestation, la matinée a été consacrée à des ateliers de teinture végétale, tissage, poterie, décor, etc.
L’après-midi a été marquée par une exposition-vente des produits artisanaux.
La soirée a été culturelle. Un spectacle original et authentique, à la hauteur de l’événement, a été animé par la talentueuse artiste gafsienne Zohra Lajnef. A.L.
Ô temps, ne suspends pas ton vol
Première de Copies non conformes : Gueules d’atmosphère
Entretien avec M. Mokhtar Farhat,président du club Unesco-Alecso : Contre l’échec scolaire


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 21 Mai - 18:39

Paroles de jeunes

T'as vu?

Une fête et des larmes

Le peuple tunisien est bien connu pour être du genre festif à apprécier les grands spectacles. Tout est prétexte pour se réunir, festoyer, oublier, dans la bonne humeur, le quotidien, le temps d’une réussite, d’un mariage, d’un festival…
Mais la Fête, la Grande, l’Absolue, reste pour des millions de Tunisiens, la rencontre sportive du week-end. Et vu le nombre croissant de femmes dans nos stades, on ne peut m’empêcher d’affirmer que désormais, le sport, et plus précisément, le football, concerne toute la population et non plus exclusivement la gent masculine.

Le sport n’est plus une affaire d’hommes mais une affaire nationale qui intéresse petits et grands, tous sexes confondus. Jusque-là, on n’a rien à redire, puisque le sport est porteur de hautes valeurs morales. Alors, comment expliquer que plusieurs rencontres sportives, notamment des matches amateurs, finissent en sang, dans les hôpitaux et autres centres médicaux? Quelle tragédie pour les jeunes, pour les équipes et pour le sport! Quelle catastrophe que la fête se termine en cauchemar, dans la violence et dans un flot d’injures! Cette violence rencontrée dans nos stades est un véritable fléau pour notre société. Comment une rencontre sportive peut-elle être à l’origine d’un affrontement agressif entre des personnes censées qui vont jusqu’à s’entretuer et se traiter de tous les noms? Quel exemple de civisme! Honte à ceux qui perdent le contrôle de leurs nerfs, prétextant la défaite de leur équipe favorite! Les hooligans seraient-ils à nos portes? Et après tout, ne portent-ils pas préjudice à leurs équipes en les exposant à de lourdes sanctions? Mais enfin, ces sanctions, sont-elles à la mesure des drames qui se produisent?

La vraie question est donc de savoir comment contrer de telles manifestations de violence? Comment redorer le blason du sport? Comment redonner toute sa splendeur à la fête sportive? Puisque cette affaire nous concerne tous nous vous proposons donc, amis lecteurs, de nous envoyer vos suggestions à ce propos. Essayons ensemble de trouver les vrais remèdes à ces maux. Et comme le disaient nos grand-pères : «Prévenir vaut mieux que guérir». Eux, auraient eu honte de voir se produire de tels événements tragiques dans nos stades. Paix à vos âmes, grand-pères et aussi à toutes celles, victimes de violence.


Rym B.S.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 23 Mai - 7:27

Culture

15EME EDITION DU FESTIVAL DE LA POESIE A METLAOUI

[size=18]Nouvelle dimension[/size]Les lampions se sont éteints sur la 15ème session du festival de la poésie à Metlaoui avec une maturité acquise au fil des années. Lors des trois journées consacrées à cette manifestation, les adeptes de cette expression noble ont profité de cet immense espace, véritable tribune de réflexion et d’expression libre. L’organisation menée de main de maître fut une réussite totale au vu de l’affluence du public et des composantes d’un programme riche et varié offert à un auditoire formé de différentes générations, et ce fut, par conséquent, une vrai régal pour les amoureux de cette variété d’art. Les trois coups ont été donnés à l’occasion d’un défilé mettant en relief le patrimoine historique et civilisationnel de la région de Gafsa, sur fond d’un air festif conféré aux différentes artères de la ville.
Après la lecture poétique qui a fait chavirer de bonheur un parterre que la place de Tébessa ne peut plus contenir, ce fut au tour d’un cycle de communications qui a constitué le clou du programme : Taïeb Hmidi, Mohamed Ben Rejeb et Belgacem Tijani ont communiqué tour à tour sur des questions inhérentes à la poésie. Les recueils poétiques de Mohamed Ammar Chaâbani, enfant de la région, ont été au centre d’une revue critique présidée par Docteur Noureddine Sammoud et au cours de laquelle ont été présentés des témoignages sur la poésie tunisienne en Egypte, ce qui a fait germer l’idée d’un projet de recueil poétique tuniso-égyptien.
Et comme à l’accoutumée, le festival a constitué une opportunité pour honorer certaines célébrités du monde de la poésie en Tunisie comme Noureddine Sammoud, Chedly Zoukar, le critique Mongi Chemli, et Abouzayen Saâdi.
Cette 15e édition fut marquée par un fait saillant : la plus longue séance de lecture poétique depuis la création du festival, et qui fut étalée sur trois heures sous l’œil attentif du poète français Bernard Maurel.
Les années se succèdent et le festival de la poésie peut se targuer d’avoir gagné ses galons d’honneur pour constituer le vrai catalyseur de l’animation culturelle dans ces contrées. Toutefois, l’avenir sera à l’innovation pour apporter un brin de renouveau à cette joute poétique et éviter de sombrer dans la monotonie .

Hafedh Trabelsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Sam 2 Juin - 8:53


Ségolène Royal en vacances en Tunisie

Bertrand Guay AFP/Archives ¦ Ségolène Royal, candidate socialiste [color=white][b][color=white][b]malheureuse à l'élection présidentielle française, est en vacances avec ses enfants à Djerba, en Tunisie, a-t-on appris jeudi auprès de son entourage.
Ségolène Royal, candidate socialiste malheureuse à l'élection présidentielle française, est en vacances avec ses enfants à Djerba, en Tunisie, a-t-on appris jeudi auprès de son entourage.

La députée est parti se reposer sur l'île touristique tunisienne avec ses enfants mais sans son compagnon François Hollande, par ailleurs Premier secrétaire du Parti socialiste (PS), a-t-on indiqué, sans préciser combien de temps dureraient ces vacances.

Ségolène Royal a été battue le 6 mai par le candidat de droite Nicolas Sarkozy, qui a pris ses fonctions de président mercredi et a nommé jeudi comme Premier ministre l'un de ses proches, François Fillon.

Lors d'un conseil national du parti socialiste samedi, elle a proposé de désigner très rapidement après les élections législatives le prochain candidat socialiste à la présidentielle de 2012. Une idée qui n'a pas enthousiasmé le chef du PS, par ailleurs son compagnon.

L'état exact des relations entre M. Hollande et Mme Royal est l'objet de spéculations dans la presse et un livre récent "la femme fatale" a évoqué une "crise conjugale" à leur sujet. Les deux responsables du PS ont chargé leur avocat de saisir la justice après la publication de cet ouvrage.

L'hebdomadaire indépendant d'actualité générale Réalités a indiqué que M. Hollande devait rejoindre sa famille à Djerba jeudi.


© 2007 AFP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Jeu 7 Juin - 19:57

L'entraîneur d'El Gawafel, dans le viseur du ST
Ben Belgaçem, l’homme de la situation ?...

Comme tout entraîneur qui débarque au Stade, la réussite de Ben Belgacem, ou quelqu'un d'autre, devrait dépendre de beaucoup de choses qui ne sont pas nécessairement d’un ressort sportif…
Une rupture dans les méthodes de travail, dans les traditions, dans les attitudes peut-elle susciter une mutation dans les mentalités? Assimiler ou provoquer une innovation au sein de l’équipe stadiste. Le temps semble de plus en plus manquer au Stade. L’exigence de l’élite impose certainement des résultats immédiats, mais l’avenir d’une équipe d’un genre assez particulier, d’un monde assez exceptionnel, pour ne pas dire à part, ne peut pas, ne doit pas dépendre uniquement des résultats.
Le Stade a besoin de se construire. Tout particulièrement à partir du terrain et non plus à travers les exigences des uns et des autres, le conditionnement qu’on apporte justement à l’équipe et les tendances de plus en plus dénaturées de tout un entourage.
Si tout ce qui ne tue pas renforce, le ST serait aujourd’hui le champion incontestable des épreuves les plus éprouvantes. D’une étape à l’autre, d’une phase à l’autre, il n’a cessé de passer par les moments les plus difficiles, les plus contraignants et surtout les plus frustrants. Ainsi va le Stade des temps modernes que le football d’aujourd’hui a plutôt tendance à précéder qu’à suivre. Club exemplaire et inspirateur dans un passé désormais révolu, il a fini par rejoindre ceux qu’on a de plus en plus l’impression de considérer comme «le cercle» des ordinaires !...Plus encore: les nouvelles tendances, voire restrictions, sont en passe de bouleverser radicalement les acquis du club. «Ceci tuera cela» disait Victor Hugo; et aujourd’hui on ne peut se retenir de regarder le gâchis dans lequel s’est précipité le club. On ne peut par la même occasion s’interdire de penser au temps perdu dans les illusions. Si pendant longtemps, on s’était trompé sur la marche de l’équipe, on se trompe aujourd’hui, encore et toujours, sur son avenir. Comme on répare une injustice, on en commet une autre. Il n’est pas facile en effet de dégager une logique de fonctionnement cohérente et pertinente. Il n’est pas évident, non plus, de retrouver le cheminement d’un raisonnement adéquat pouvant faire face à toutes les interprétations. Certains voulaient peser sur les choix stratégiques du club, d’autres sur son fonctionnement, ou encore sur les quelques équilibres qui sauvegardent quelque part son identité.
Dans ce paysage stadiste, souvent déconcertant, il y a le jeu indéfini des renvois qu’on ne sait pas arrêter. On peut certainement évoquer la démobilisation grandissante de la part de plusieurs parties prenantes tout en y incluant le rapport qu’elle entretient avec l’absence de résultat et de consécration. Ce qui élargit grandement le domaine du doute et de la déception. Mais, le ST est appelé, aujourd’hui plus que jamais, à s’efforcer de donner cohérence, intelligibilité et prolongement aux institutions et œuvres des grands pionniers pour contribuer à ce qui pourrait un jour ressembler à la métamorphose, la renaissance des grands clubs…

Mouiller le maillot…

Le Stade reste gouvernable, même si on n’a pas encore trouvé la clé. Mais tout au moins, il serait impératif qu’il apprenne à mieux rentabiliser son temps fort et à mieux négocier son temps faible. Histoire de se donner de nouvelles responsabilités; et surtout de prérogatives d’une autre dimension. Aux joueurs de mettre le blouson du travail, de mouiller le maillot et de se défoncer à fond sur le terrain ou ailleurs.
On ne saurait suffisamment évoquer les besoins de l’équipe et les priorités qu’elle devrait justement favoriser dans un contexte certes difficile mais point impossible à surmonter. Au Stade et sans doute plus qu’ailleurs, il y a dans l’inconscience de l’équipe, et probablement dans son entourage, comme une légitimité du cadre ordinaire. Il est temps qu’il ne cherche plus justement à reproduire des scénarios préfabriqués. Sa spécificité et son parcours nous apprennent justement qu’une bonne équipe ne peut pas être soumise aux imitations de modèles. Le ST, qu’on se le dise, se présente aujourd’hui comme l’incarnation des équipes auxquelles semblent leur manquer beaucoup de choses, mais qui restent capables de rebondir à tout instant. Au bout du compte, que lui manque-t-il pour se transformer ? Probablement un horizon plus dégagé, mais surtout une sorte de révolution même dans des réformes classiques…
Les décisions à prendre, mais également à concevoir, ne sont pas difficiles à deviner. On devrait pour ainsi dire penser aux changements à apporter dans les choix de stratégies et aussi des hommes. Robertinho pourrait-il encore constituer l’option la plus adéquate sur le plan technique? Le meneur d’hommes dont aurait vraiment besoin l’équipe? Il faut dire que tout au long des deux dernières saisons, le Brésilien s’est vu octroyer des faveurs et des privilèges qu’il risque bien de ne point trouver dans d’autres clubs. Rarement on a été au Stade aussi patient et aussi compréhensif avec un entraîneur. Il convient de remarquer que tout en alternant le bon et le moins bon, Robertinho s’est trouvé la plupart du temps incapable de se hisser à un niveau supérieur avec son équipe, ou encore à assurer une certaine régularité dans les résultats. Le ST pourrait, dans sa prochaine version, nourrir des ambitions encore plus grandes, encore plus significatives. Il en aura fortement besoin. La commission du football se penche actuellement sur la question. La tendance qui se dégage actuellement fait état d’un changement presque impératif au niveau de la responsabilité technique de l’équipe. Certains noms ont été avancés pour succéder au Brésilien. C’est ainsi que l’on parle de Ferid Ben Belgacem, enfant du club et dont le passage à Gafsa n’est pas passé inaperçu, d’ailleurs à juste titre. Sera-t-il l’homme de la situation? Il est bien difficile de pouvoir se prononcer à ce sujet tellement il n’y a pas vraiment de constat stable et évident au ST. Tout est relatif dans ce club où l’on est incapable de pouvoir prévoir les événements. Comme tout entraîneur qui débarque au Stade, la réussite de Ben Belgacem, ou autre, devrait dépendre de beaucoup de choses qui ne sont pas la plupart du temps d’un ressort sportif. Les éclats que ce soit dans les coulisses, ou autour du club, n’ont jamais donné au rôle de l’entraîneur l’image que sa passion pour son métier mérite. Mais certains n’avaient-ils pas, pour autant, contribué, nous espérons que ce soit uniquement par maladresse et non pas par autre chose, à l’installation de ce climat d’instabilité et de doute?...
Il faut dire, cependant, que d’autres noms circulent aussi au Bardo. La commission de football étudie toutes les éventualités pour pouvoir justement la présenter au président du club…Une chose est toutefois nécessaire pour éviter notamment les erreurs du passé : l’avenir du ST ne dépend pas seulement et uniquement de la question de l’entraîneur. Plusieurs facteurs entrent en jeu. Le club devrait se doter d’une plus grande légitimité pour pouvoir aspirer à un plus grand avenir.
Le renforcement de l’effectif semble aussi être une nécessité dans la mesure où l’équipe a fortement besoin d’être étoffée, surtout que certains joueurs de base veulent changer d’air. C’est le cas notamment de Khalfaoui, sollicité même par des clubs européens, à l’instar d’Anderlecht, dont l’émissaire s’est déplacé spécialement en Tunisie pour le voir à l’œuvre. Akrout aspire, lui aussi, à un transfert dans un autre club habitué à jouer pour le titre. Mais jusqu’à présent, rien de concret n’a été réalisé et les offres qui ont été avancées n’ont pas dépassé le stade des rumeurs…
Le Stade serait-il aujourd’hui amené à exprimer et à penser à des choses qu’il n’osait pas auparavant. Il y a des vérités qui restent valables aussi bien sur le terrain qu’à l’extérieur. Surtout lorsque l’équipe se résout à se donner de réelles responsabilités. Et puis ne dit-on pas aussi que les rêves finissent par rejoindre la réalité. Même les plus fous

Jallel MESTIRI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 11 Juin - 7:19

Femme rurale
Promouvoir la vie culturelle et changer ainsi les mentalités

L’amélioration des conditions de vie de la femme rurale, la promotion de ses acquis et du dispositif existant lui permettant de mieux s’intégrer dans la vie active et de s’épanouir, font l’objet d’un nouveau projet que le ministère des Affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées a entamé depuis mai 2007.
Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en application des décisions présidentielles prises lors du Conseil ministériel daté du 9 mars 2007.
L’objectif étant de dynamiser le réseau national pour la promotion de la femme rurale, de diffuser la culture de ses droits et de rendre plus proches les services relatifs aux habitants des zones rurales en général. on tend, également, à travers ce projet, à instaurer un changement des mentalités, l’ancrage de la culture des droits de la femme et de la famille et la transformation de cette culture en un comportement.
Il s’agit, en effet, d’organiser 120 journées d’animation dans les 12 pôles existants de rayonnement pour femmes rurales. Notons que ces pôles sont ceux situés à Ouled Zouabi à Zaghouan, Zokrata à Gabès , Ferjen à Mahdia, Kerchaou à Tataouine, El Aâraba à Béjà, Bir Mroua à Nabeul, Sidi Amor à Kasserine, Béni Zaltène à Gabès, El Aândla à Gafsa, Bechni à Kébili, El Khdifet à Kairouan et Aïn El Baya à Jendouba. Ces pôles seront consolidés par l’instauration de deux autres, prévus dans la région de Bizerte, plus précisément à Touanjiya et à Aïn el Karma.
L’aspect culturel et de loisir occupe la part de lion dans ce projet vu son importance et son efficacité à rendre les femmes rurales plus dynamiques et plus cultivées. Aussi, accordera-t-on plus d’intérêt à l’utilisation des espaces déjà disponibles pour assurer une animation culturelle régulière au profit des femmes rurales, et ce, pour toutes les régions du pays.
Il est à préciser que cette initiative permettra à la femme rurale de connaître ses droits et son importance en tant que facteur indispensable et dynamique du processus de développement. Elle vise, en outre, l’amélioration de la vie sanitaire de la femme rurale, mais aussi de la famille rurale en général et la lutte contre la rupture du parcours scolaire, notamment chez les jeunes filles.
D.B.S.
Changements climatiques et environnement aquatique : Les risques sont réels

Regards croisés : Savoir aborder les convives

Amélioration de l’environnement et des conditions de vie : « Tenmya 21 » marque son empreinte à Skhira-Forêts
(La presse de Tunisie)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 13 Juin - 7:11

http://img501.imageshack.us/img501/84/assabahfe16eig2.jpg[color=black]في قفصة على الطريق الوطنية رقم 3
انقلاب حافلة سياحية وسقوط عدد من الجرحى الأجانب
جد عشية السبت الفارط حادث مرور أدى الى سقوط حوالي 10 جرحى كلهم أجانب ماعدا واحد فقط تونسي الجنسية. وتتمثل صورة الحادث الذي وقع على الطريق الوطنية رقم03 الرابطة بين تونس وقفصة في انقلاب حافلة سياحية



عدة مرات تابعة لاحدى وكلات الاسفار وكان على متنها وفد سياحي من اسبانيا وذلك في مستوى مفترق سيدي عيش (حوالي 20كلم عن مدينة قفصة)، الوفد السياحي كان في طريقه الى مدينة قفصة للقيام بجولة سياحية في الجنوب التونسي.

وتعود أسباب انقلاب الحافلة المذكورة الى انفجار احدى عجلاتها نتيجة الحرارة، ومن ألطاف الله لم يكن هناك قتلى وقدرت الجروح بكونها خفيفة ماعدا 3 جرحى في حالة متوسطة بينهم سائق الحافلة التونسي. ويرجع سبب محدودية الخسائر البشرية في هذا الحادث الى المجهودات الكبيرة التي بذلتها جميع الاطراف لانقاذ الموقف خاصة اعوان الحماية المدنية والاسعاف الذين هبوا الى مكان الحادث وقاموا بالاسعافات الاولية بالاضافة الى المجهودات الكبيرة التي بذلها الاطار الطبي وشبه الطبي بالمستشفى الجهوي بقفصة (تخصيص جناح لجرحى الحادث ومتابعة للحالة الصحية للمتضررين) وقد حل والي الجهة فور وقوع الحادث بالمكان رفقة عدد هام من المسؤولين لمعاينة الاضرار واسداء التوصيات اللازمة لمتابعة الحالة الصحية للمتضررين والإحاطة بهم.

رياض بدري
[/color
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de Presse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de Presse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Espace Revue
» Récupérer des images du presse-papier
» Un presse-papier amélioré
» TrainsMania ou les 80ans de Loco Revue
» [Résolu] Page de démarrage IE modifiée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gafsiens du monde-
Sauter vers: