AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Revue de Presse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
sniper

avatar

Nombre de messages : 7
Localisation : Düsseldorf/Deutschland
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Revue de Presse   Dim 9 Juil - 14:06

إنجاز سد وادي الكبير في بداية السنة المقبلة

ستشهد السنة الجامعية المقبلة 2006/2007 بولاية قفصة بعث مؤسستين جامعيتين جديدتين هما المعهد العالى للرياضة والتربية البدنية (150 طالبا) والمعهد العالى لعلوم وتكنولوجيا الطاقة (200 طالب) وذلك اضافة الى احداث شعبة جديدة لتدريس الالمانية صلب المعهد العالي للدراسات للدراسات التطبيقية فى الانسانيات (60 طالبا).
وبذلك يرتفع عدد الطلبة والطالبات بالمؤسسات الجامعية بالجهة الى اكثر من 12 الف طالب وطالبة فى الســنة الجامعية 2006/2007.
كما جاء في الدورة العادية الثانية للمجلس الجهوى بقفصة لسنة 2006 والمنعقدة يوم الخميس باشراف والي الجهة ان بداية السنة المقبلة ستشهد انطلاق اشغال تنفيذ المشروع الرئاسى القاضى بانجاز سد وادي الكبير بتمويلات جملية قدرها 18 مليون دينار الذى يتضمن كذلك تهيئة منطقتين سقويتين تمسحان 12 الف هك باعتماد تقنيات فرش مياه سيلان هذا الوادي.
وينتظر ان تستكمل قريبا اشغال دفعة هامة من المشاريع التنموية منها بالخصوص بناء محطة للنقل البري بمدينة قفصة ومعهدين ثانويين جديدين بكل من ام العرائس وسيدىيعيش ومقر جديد للادارة الجهوية للصحة العمومية وتهذيب وتعصير الطريق الوطنية رقم 15 وكذلك مشروع اعادة هيكلة وتوسعة مركز التكوين المهني بالعقيلة.
وعلى صعيد اخر استعرض المجلس الجهوي واقع قطاع التشغيل على ضوء النتائج المسجلة منذ بداية سنة 2006 اذ انتفع ببرامج الخطة الجهوية لدفع التشغيل وبعث المؤسسات اكثر من 10 الاف شاب وفتاة من طالبي الشغل من بينهم ما لا يقل عن 1300 من حاملي شهادات التعليم العالى.
وذلك الى جانب استفادة 1600 منتفع من بينهم 549 حامل شهادة جامعية باليات الصندوق الوطنى للتشغيل واسناد قروض صغرى من طرف الجمعيات التنموية بالجهة لفائدة 795 منتفعا.
وكان ملف الاستثمار الخاص وحفز المبادرة الخاصة محل اهتمام هذه الدورة اذ تم بالمناسبة الاعلان عن امضاء 14 اتفاقية بين باعثين شبان ومستثمرين وخلية الافراق بالجهة ووزارة الصناعة والطاقة والمؤسسات الصغرى والمتوسطة لبعث مشاريع فى عدة قطاعات.
ويذكر ان الاشهر الستة الاولى من السنة الحالية شهدت بعث اكثر من 110 مشروعا خاصا فى القطاع الفلاحي باستثمارات بلغت 3 فاصل 5 مليون دينار مكنت من احداث 60 موطن شغل فضلا عن المصادقة على 69 مشروعا فى قطاعي الصناعة والخدمات دخل منها 15 مشروعا حيز العمل بما ساهـم فى توفير 90 موطن شغل.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: merci sniper   Dim 9 Juil - 14:23

vraiment bravo Sniper le bon travail que tu viens de faire
mille merci l'ami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
sniper

avatar

Nombre de messages : 7
Localisation : Düsseldorf/Deutschland
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mar 11 Juil - 12:06

Transport ferroviaire
Sept heures, debout en train : un vrai calvaire !

Voyager en train de Gafsa à Tunis est un calvaire éreintant et une épreuve éprouvante. Passer parfois 7 heures debout dans une bousculade confuse des transpirations nauséabondes et des bourrasques de gros mots, d'injures et de plaisanteries lourdes. Et pourtant le train continue d'embrasser les rails tous les soirs, triste et sourd comme un train bondé de voyageurs pressés et perplexes.

Si le transport ferroviaire est aujourd'hui l'un des moyens les plus sûrs, il n'en demeure pas moins vrai qu'il est le plus éprouvant et le plus inconfortable dans la plupart des régions du pays.

Les passagers de la région de Gafsa ont beaucoup cru en la mise à niveau des sociétés tunisiennes préconisées.

La SNCFT a peut être réussi à améliorer ses services sur certaines lignes côtières, mais les résultats obtenus sur les lignes intérieures restent minces et insuffisantes. Il a fallu qu'on fasse tout récemment l'expérience en empruntant le train de nuit reliant Tozeur à Tunis via Gafsa.

A son arrivée à la gare de Gafsa-Ksar, toutes les rames étaient occupées ou presque après avoir fait le plein des voyageurs à Metlaoui. Une foule d'environ 150 passagers attendaient sur le quai le train qui, avouons-le, est arrivé à l'heure. Il n'y avait plus de tickets disponibles pour ceux qui veulent voyager dans l'unique compartiment confort. Le bâtiment qui abrite la gare est une bâtisse coloniale construite au début du siècle dernier et qui a été tellement conservée qu'elle n'a reçu que quelques couches de peintures.

A quand donc la construction d'une nouvelle gare qui sera à l'image du progrès de notre pays ?

Une fois dans le train, la quasi-totalité des fauteuils était occupée par des passagers venant du Djérid et de Metlaoui. Il faudra se résigner à se démerder et s'adapter à l a situation : les vulnérables, les personnes âgées et les impotents optent pour la position assise, recroquevillés ou inconfortablement adossés sur les accoudoirs des fauteuils déjà occupés, ou encore agglutinés les uns contre les autres dans toutes les positions imaginables.

C'est un vrai train d'enfer.

Dans une promiscuité cinglante, fumeurs et non-fumeurs se perdent dans un nuage de fumée nuisible et toxique. Comme si toute cette pagaille ne suffisait pas, quelques énergumènes éméchés trouvent le moyen d'envenimer l'ambiance en proférant des insultes, des menaces et des gros mots envers des passagers calmes et paisibles. Et nous entendons siffler le train, que si triste un train qui siffle dans le soir, déchirant le manteau de la nuit pour n'arriver qu'au crépuscule à la gare de Tunis à l'issue de ce calvaire qui a duré 7 heures dans un état piteux et lamentable. Arrivé à la place Barcelone on respire et on remercie Dieu pour notre délivrance.

Nous ne nous doutons pas aux efforts louables de la SNCFT qui fait de son mieux pour assurer à ces voyageurs confort et sécurité bien qu'il lui reste beaucoup à faire. Déjà avant le rétablissement de la ligne Tozeur-Metlaoui on sentait une exiguïté et un manque de places dans les rampes surtout en été et en période de vacances. Aujourd'hui, le même nombre de rames dessert Gafsa de Tozeur. Nous espérons que les responsables de la SNCFT se pencheront sérieusement sur ce problème en ajoutant au minimum une rame voyageurs si toute fois les études, la rentabilité prouvent son opportunité.

Nizar GHARIB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sniper

avatar

Nombre de messages : 7
Localisation : Düsseldorf/Deutschland
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Jeu 13 Juil - 13:51

قفصة: منتزهات لا يمرح فيها الأطفال... لماذا؟

مدينة قفصة وضواحيها بها عديد المنتزهات العمومية والخاصة التي توفر لروادها عديد الخدمات الطيبة في مجملها وتتجشّم العائلات عناء التنقل إليها وكلفته في الأماسي وفي الليل بحثا عن المتعة لها ولأبنائها خاصة في فصل الصيف.
لكن الملفت للانتباه ان الأطفال الباحثين ـ دوما ـ عن المرح واللهو لا يجدون ضالتهم في هذه الفضاءات إذ لا تتوفر في أغلب الفضاءات الترفيهية والعائلية بمدينة قفصة ألعاب للأطفال.
ففي منتزه «عرباطة» وهو المنتزه الأكبر والذي يجد إقبالا متزايدا من العائلات في فصل الصيف لا توجد سوى بعض الألعاب القديمة والمهترئة التي تشكل أحيانا خطورة على سلامة الأطفال ولم يقع بعد تجديدها!
وفي المنتزهات الخاصة والمكلفة ماديا لم يضع أصحابها «فرحة الأطفال» في اهتماماتهم، فمتى يتم التفكير في ايجاد ألعاب بهذه الفضاءات تشدّ الأطفال وتطمئن العائلات؟ بقي أن نشير في الأخير الى أن منتزه دار الثقافة ابن منظور بوسط مدينة قفصة الذي أصبح يعرف اقبالا كبيرا للعائلات في حاجة الى تركيز بعض الألعاب والأراجيح للأطفال خاصة وأن به فضاء متّسعا ومناسبا جدا لتقديم خدمات ترفيهية للبراعم الصغار.


* عادل عكرمي

متى تتوفر مثل هذه الألعاب لأطفالنا؟
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sniper

avatar

Nombre de messages : 7
Localisation : Düsseldorf/Deutschland
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Jeu 20 Juil - 12:47

قفصة: تحسينات في دار الشباب

* قفصة (الشروق)
انطلقت في الفترة الأخيرة بدار الشباب بمدينة قفصة أشغال لترميم وتهيئة عديد الفضاءات التنشيطية المختصة التي تؤمن لرواد الدار أنشطة الموسيقى والتعبير الجسماني والكشافة والمكتبة بالاضافة الى تهيئة المركبات الصحية وحجرات الملابس وصيانة شبكة الماء.
ويتمثل جانب هام من أشغال التهيئة في تغيير واجهات الفضاءات التنشيطية وتجديد أبوابها ونوافذها وتبييض جدرانها الداخلية والخارجية. وتهدف هذه التدخلات المتنوعة الى مواصلة تجديد البنية الأساسية لدار الشباب وإيجاد نوع من التجانس بين مختلف مكونات الدار ودعم تناسقها المعماري.
وقد تمّ رصد 15 ألف دينار لأشغال التهيئة المتواصلة حاليا بدار الشباب بقفصة والتي من المنتظر أن تكتمل في موفى شهر جويلية الجاري.
وباكتمال هذه الأشغال تصبح مختلف الفضاءات التنشيطية بدار الشباب مهيئة لاحتضان شتى الأنشطة الابداعية الشبابية خاصة وأن أعمال الصيانة والتهذيب والتهيئة قد شملت في السابق ثلاثة فضاءات هي الآن في طور الاستغلال بأفضل التجهيزات وأكثرها تطورا وفي مقدمتها فضاءات الاعلامية و»الانترنات».


* عادل العكرمي
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Jeu 20 Juil - 18:15

Grand merci l'ami pour les bonnes nouvelles Gafsiennes
c'est un plus pour nos frères et soeurs de la grande Gafsa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
sniper

avatar

Nombre de messages : 7
Localisation : Düsseldorf/Deutschland
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mar 25 Juil - 13:35

المنصف ذويب في ضيافة إذاعة قفصة: «التلفزة جاية» للفرجة وليس لملء الفراغ

* قفصة (الشروق)
بمناسبة العرض الأول بمدينة السند والعرض التجاري لفائدة مهرجان البرج بقفصة، استضافت إذاعة قفصة من خلال برنامج «سابع الفنون» المخرج المنصف ذويب ليتحدث عن شريط «التلفزة جاية» وفي الحوار تصريحات وشهادات واعترافات في ما يلي مقتطفات منها»:
* عادة جديدة لم يألفها المتفرج التونسي متمثلة في عرض شريط سينمائي في المهرجانات الصيفية.. هل يعتبر ذلك تجديدا؟
ـ المشكلة تكمن في شبكة التوزيع وقلّة القاعات السينمائية المخصصة للعرض لذلك التجأنا الى المسارح ومن ثمة يمكن استغلال هذه الفضاءات الجديدة.
* كيف كان تقبل الجمهور للشريط في مدينة السند؟
ـ أنتم تعلمون أن شريط «التلفزة جاية» صورناه بالكامل في جبل السند ووعدنا الأهالي بأن يكون العرض الأول في مدينتهم وكان لهم ذلك وما شدّ انتباهي هو انه بمجرد وصولنا الى السند لم نجد إلا «عم علي حال حانوت» وبعض الشيوخ، وبمجرد احضار آلة العرض، بدأت الجماهير تفد الى مكان العرض، وبلغ عددهم الى حدود الساعة التاسعة ليلا ما يناهز 1500 متفرج وما وجدناه في السند يغني عن كل تعليق فالحماية المدنية كانت متواجدة وطاقم الاسعاف موجود والتنظيم كان محكما!
* اختيارك لعنوان «التلفزة جاية» هل لأن التلفزة هي صديقة العائلة أم أن أحداث الشريط هي التي فرضت العنوان؟
ـ عنوان الشريط جاء حسب أحداثه ولكنه أيضا مقصود بمعنى آخر ليس المقصود بالتلفزة كهيكل وإنما هي العين التي نراقبها ونخاف منها هي العين الأجنبية التي تزين أمامها والمقصود هنا التلفزة الأجنبية القادمة للتصوير، ولذلك وجب علينا تقديم صورة ايجابية لما جاؤوا لتصويره وأخرى عن أنفسنا (أي أخلاقياتنا)، ولكن الخوف كامن في أن هذا التزين يجرّنا الى تزييف الحقائق وتلك هي أحداث الشريط.
وعن سؤال حول مواصلة عرض الشريط في كل المهرجانات، أجاب المنصف ذويب «سنواصل العروض في المهرجانات التي تحترم مقاييس العرض السينمائي، ولن نذهب الى تلك المهرجانات التي تغطي الفراغ في برامجها من خلال عرض شريط، فشريطنا تونسي تنقل الى أماكن عديدة بالجمهورية وهذا ما سيجنب المتفرج ملاحقته خلال عرضه في المهرجانات العالمية مثل «كان» و»قرطاج»، فالمشاهد التونسي يجب عليه في اطار احترام الأعمال السينمائية التونسية أن يشجع مثل هذه الأعمال خاصة وانها تعالج بعض القضايا المتعلقة بالمعيش اليومي.


* نقل: رضا العبدلي
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: festival d'el borj Gafsa   Mer 23 Aoû - 20:39

FESTIVAL D’EL BORJ
Un succès à valoriser
pour une internationalisation espérée


Les lampions se sont éteints sur la 28ème édition du festival d’El Borj avec plein d’enseignements à tirer. Cette session a permis de reconquérir une notoriété perdue et un public qui a retrouvé ses soirées estivales d’antan avec cette brise qui a égayé les moments de délice dans l’enceinte du fort byzantin d’El-Borj.
Avec de l’art, sous ses différentes variétés, de la beauté avec l’élection de Miss El-Borj, le festival s’est replacé sur une scène culturelle marquée pour un surbooking avec des rendez-vous qui se succèdent à longueur d’année. Le mérite, il faut savoir le rendre à cette jeune équipe dirigée par Taoufik Ahmed et sur laquelle personne n’aurait parié au vu de son manque d’expérience dans de telles joutes. Défi relevé et pari gagné pour un baptême du feu non sans douleurs.
Avec dix-neuf spectacles variés, le festival d’El-Borj a gagné en matière de consistance pour tenir en haleine un public fier de pouvoir le soir oublier la canicule du jour.
Deux soirées dans le programme ont décroché le gros lot et restent gravées dans la mémoire des Gafsiens de 7 à 77 ans.
Il s’agit de celle de Sabeur Rebaï qui revient après 12 ans d’absence et celle de Najoua Karam qui a signé le 3 août dernier la clôture d’une édition qui permettra, à coup sûr, de marquer le renouveau de cette manifestation qui revendique désormais son droit à s’internationaliser avec — cette fois-ci — des arguments solides à faire valoir.
Autre vertu à mettre à la solde de cette 28ème édition : avoir associé l’enfant à cette joute culturelle à travers un mini festival organisé du 16 au 26 juillet et dans lequel les bambins étaient sacrés rois : de l’animation à la découverte de talents en herbe en passant par des représentations théâtrales pour enfants et des ateliers pour créations manuelles et sport cérébral qui ont conféré un air de fête au centre névralgique de la ville, le festival d’El-Borj a impliqué toutes les tranches d’âge à Gafsa et a apporté de la joie aux enfants souvent ignorés.
En somme, l’été 2006, dans ces contrées, a marqué le quotidien des Gafsiens et la brise estivale apportée par cette programmation a permis d’adoucir les nuits gafsiennes en dépit de la canicule qui sévit jusqu’à une heure tardive.

Hafedh Trabelsi


Dernière édition par le Mar 12 Déc - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 11 Déc - 7:49


Sports

[b]ATHLETISME
Aujourd’hui à Gafsa et à Slouguia

Journées nationales de cross
Les compétitions de cross-country se poursuivent selon le calendrier national établi par la FTA, et ce, dans le but de vulgariser et promouvoir cette spécialité.
Au menu de ce week-end, deux journées nationales de cross auront lieu aujourd’hui à Gafsa, ville natale de plusieurs anciennes gloires tunisiennes, dont notamment le champion olympique Mohamed Gammoudi, et à la localité de Slouguia, qui se trouve dans la délégation de Testour : c’est le centre d’athlétisme de Gafsa qui organise la journée nationale de cross avec la collaboration du commissariat régional à la jeunesse, aux sports et à l’éducation physique et de la Fédération tunisienne d’athlétisme. Neuf courses figurent au programme, elles sont réservées à toutes les catégories d’âge allant des benjamins garçons et jeunes filles jusqu’à la catégorie des seniors hommes. Les distances à parcourir varient entre 2 et 10 km. Le nombre d’athlètes engagés dans chaque course est illimité mais les quatre premiers comptent pour le classement par équipes.

Le directeur du centre régional d’athlétisme de Gafsa, Mohamed Yahia, a confié que rien n’a été laissé au hasard pour faire réussir cette manifestation. Il prévoit la participation de pas moins de 15 clubs qui seront représentés par environ 400 athlètes.

Le premier départ sera donné à 10h00.


ATHLETISME
Journée de cross à Slouguia et à Gafsa

Entre satisfaction et déception
Satisfaction à Slouguia, déception à Gafsa
Deux journées de cross-country ont eu lieu dimanche dernier à Gafsa et à Slouguia (Testour).
La participation dans les deux compétitions était faible, ce qui a influé négativement sur le niveau technique des différentes courses.
Bien qu’elle soit une compétition nationale, la journée de Gafsa, organisée par le centre régional d’athlétisme, n’a pas drainé assez de clubs. Plusieurs équipes spécialistes comptant dans leurs rangs les meilleurs coureurs actuels ont brillé par leur absence.
Ainsi la course des seniors garçons a été dominée de bout en bout par les athlètes de l’Association Sportive Militaire de Tunis. C’est Slimani Néji qui a décroché la première place devançant ses deux partenaires Tizaoui Béchir (2e) et Guemati Mohamed (3e). Comme chez les seniors garçons, c’est l’esprit d’équipe qui a prévalu dans les courses des juniors, seniors filles et des juniors garçons. Ainsi les trois premières places dans les juniors et seniors filles ont été reportées par trois athlètes du Stade Sportif Gafsien. Il s’agit de Messaoud Fatma, suivie de Zidi Amira puis de Boucetta Sana (3e).
Quant à la course des juniors garçons, elle a été dominée par trois athlètes sociétaires du Pari Sportif Gafsien : ce sont respectivement Saâd Atef, Ben Salah Hamza et Boubaker Raouf.
Dans les catégories inférieures, il faut signaler les prestations très encourageantes des jeunes au talent prometteur appartenant à l’Avenir Sportif de Sidi Bouzid, à Al Hilal Sportif de Regueb et au Club Athlétique de Fayedh, sans négliger le bon comportement des cadets du Pari Sportif Gafsien.

Jebali, Aloui
et Taboubi
les plus en vue

C’était la fête dimanche matin dans la localité de Slouguia dépendant de la délégation de Testour. Bien que chacune des courses prévues au programme n’ait connu que peu de participants, l’ambiance était impeccable. Une organisation formidable des différentes courses disputées dans un excellent parcours, et ce, grâce aux efforts louables fourmis par le comité d’organisation bien assisté par les autorités locales et régionales ayant à leur tête le délégué de Testour et celui des affaires religieuses du gouvernorat de Béja, ainsi que le commissariat régional à la jeunesse, aux sports et à l’éducation physique.
Trois athlètes se sont mis en évidence. Il s’agit du sociétaire de Slouguia Sportive d’Athlétisme, Jebali Achraf, grand vainqueur de la course des minimes, Aloui Bilel du Club Athlétique Sirass qui a remporté l’épreuve des cadets aisément grâce à un excellent dosage d’efforts, au cours de la course et une fraîcheur physique remarquable. Enfin, le 3e athlète qui s’est illustré n’est autre que Taboubi Maroua de l’Association Sportive Militaire de Béja. Très rapide malgré quelques montées dans le parcours, Taboubi n’a laissé aucune chance à ses adversaires dans la course des juniors qu’elle remporte haut la main, confirmant qu’elle est capable de mieux faire. Deux autres clubs ont émergé du lot au cours de la compétition de Slouguia. Il s’agit de l’Avenir Sportif d’El Fahs et de l’Espoir Sportif Keffois.
Bien encadrée techniquement par Mme Larbi Asma, l’équipe d’El Fahs a dominé la course des minimes individuellement et par équipes.
Quant à l’équipe du Kef, elle était la plus forte dans l’épreuve des juniors garçons en l’emportant individuellement et par équipes grâce au trio composé de Aouadi Foued, Fedaoui Walid et Zoghlami Issef.
[/b]




Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 7:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 13 Déc - 12:22



1 question, 3 réponses
Qu’avez-vous planifié pour les vacances d’hiver ?

* Jalel Ben Edda (Architecte) :
«Il faut donner du temps aux enfants»

«Partant du fait que la famille doit être au centre de mes intérêts, il faut bien que je m’organise pour être à c ôté des enfants ne serait ce que pendant les vacances. Ceci est d’autant plus nécessaire que je suis conscient que je travaille beaucoup et que je ne leur accorde pas toujours le temps qu’il faut. Les vacances d’hiver, tout comme les autres vacances permettent aux enfants de respirer après s’être donné à fond pour réussir leurs examens. Ils ont donc besoin de se divertir. Pour ce faire, j’envisage de prendre quatre jours de congé pour qu’on parte tous ensembles au Sud de la Tunisie. D’abord, je tiens à instaurer la tradition des vacances en famille chez mes enfants, en plus nous avons tous besoin de casser le rythme routinier pour ne pas être envahi par le stress. J’aimerai aussi que mes enfants connaissent toutes les régions de notre pays et c’est à moi de jouer ce rôle. D’autre part, c’est un moyen pour que la famille reste toujours soudée et pour qu’on se rapproche les uns des autres tout en oubliant les problèmes du quotidien, le travail et les études. Cela nous permettra également de renouer le dialogue qui risque d’être presque inexistant en temps normal lorsque chacun de nous est accaparé par ses responsabilités. »

* Hakim Kraïem (Elève) :
«Une occasion pour partir au Sud»

«Je ne resterai pas à la maison, les vacances d’hiver sont une occasion idéale pour partir au Sud. Durant l’hiver, le Sud de la Tunisie est très agréable et c’est une occasion pour explorer cette région. J’irai à Gafsa avec un groupe d’amis d’autant plus que ma famille ne fait d’habitude pas de programme pour les vacances d’hiver. Lorsque j’étais petit, je restais à la maison avec mes frères et sœurs. Mes parents ne voulaient pas partir en vacances. Ils n’ont pas cette tradition. Les loisirs ne sont pas considérés en tant que nécessité par mes géniteurs. Maintenant, j’ai atteint l’âge qui me permet de me prendre en charge. Je planifie mon programme de vacance tout seul. »

* Youssef M’Hadhebi :
«Les vacances ne sont que pour les enfants»

«Les vacances tous ensemble… Cela fait partie du bon vieux temps ! Lorsque mes enfants étaient encore petits, je pouvais planifier un programme pour toute la famille et ils en étaient ravis. Mais une fois à l’âge de l’adolescence, ils commencent à avoir leur propre monde à eux. Mes enfants ont bien grandi, je dois l’admettre et me rendre à l’évidence que ce que je leur propose comme programme de divertissement ne peut plus les tenter… Ils veulent partir avec leurs amis pour pouvoir faire la fête. Eh oui ! Il parait que leur papa devient vieux jeu ! Durant les vacances d’hiver, mes fils ont prévu de partir avec leurs amis, que je connais évidemment bien, en profondeur et en qui j’ai confiance. Je n’ai pas protesté puisque je sais que le fait d’aller à Djerba avec les amis va leur faire beaucoup de bien. Quant à moi, je compte continuer à travailler et peut être que je profiterai aussi du calme puisque je serai privé de leurs demandes interminables. Bien sûr, je dis cela pour rigoler, mes enfants me manqueront sûrement à moi et à leur mère.»

Propos recueillis par
A.C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: [b]CLUB UNESCO DE GAFSA[/b]   Jeu 14 Déc - 7:40

Culture

CLUB UNESCO DE GAFSA
Des Français à la découverte de Capsa




Les relations entre les Gafsiens et les Nantais existent depuis 1992 grâce aux échanges instaurés entre l’association herblinaise AMINAT et le club Unesco-Alesco de Gafsa. La signature d’une convention de partenariat en faveur d’un rapprochement des différentes cultures par le biais de ce contrat a permis d’apporter aussi un soutien aux initiatives locales pour la mise en valeur des sites naturels, écologiques et historiques dans la région de Gafsa: Ce qui s’est traduit sur le terrain, dernièrement, à l’occasion de la visite effectuée par un groupe de jeunes Français. Le programme concocté par les responsables du club de Gafsa fut alléchant, s’inscrivant ainsi dans un souci majeur de sauvegarder les richesses patrimoniales culturelles et naturelles. Les hôtes de la ville ont été invités à découvrir les spécificités de Gafsa: patrimoine, coutumes, le tout sur fond de convivialité et de chaleur humaine, qu’on reconnaît aux gens dans ces contrées.
Le projet dans sa phase embryonnaire du circuit touristique environnemental a constitué une agréable découverte pour les associés de l’AMINAT, impressionnés aussi par les sites archéologiques et les vestiges romains, adossés à l’oasis de Gafsa. La délégation française s’est déplacée à Sned, Bouâmrane, et Bousssaâd où elle a pris connaissance de l’œuvre de restauration des grottes berbères à Djebel Sened.
D’autre part, et dans le cadre de la mise en valeur du patrimoine civilisationnel dont regorge la région, les membres du club Unesco-Alesco de Gafsa ont organisé en l’honneur de leurs hôtes une soirée culturelle et le clou du programme était un défilé d’habits traditionnels sur des airs de musique et danse populaire devant des plats traditionnels mettant en exergue la richesse de l’art culinaire dans la région.
Le volet instructif de la visite a permis aux parties prenantes de se concerter sur les projets à moyen et long termes du club avec comme chef de file de cette feuille de route le circuit touristique dans l’oasis de Gafsa. En phase de gestation —dans l’attente de coordonner avec les partenaires désireux d’investir dans la chose, ce projet ne manquera pas d’apporter de l’eau au moulin pour le tourisme dans la région avec sa composante environnementale riche de sa plate-forme qui ne demande qu’à être explorée et exploitée pour se faire connaître et se faire reconnaître.

Hafedh Trabelsi





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 25 Déc - 22:43



Actualités nationales
[color=black]Transport
• 18 nouveaux bus pour El Kawafel (Gafsa) au début de la nouvelle année
• Les cadres et les militants de Gafsa appellent Ben Ali à se porter candidat à la présidentielle de 2009
M. Abderrahim Zouari, ministre du Transport, a effectué, samedi, une visite de travail à Gafsa au cours de laquelle il a pris connaissance des activités du transport dans le gouvernorat.
Le ministre a présidé par la même occasion une séance de travail à laquelle ont assisté le gouverneur de la région et les directeurs de la Sncft et de l’Agence technique de transport terrestre (Attt).
Il a souligné le bond qualitatif enregistré par le secteur du transport en Tunisie grâce à la justesse des choix présidentiels, choix, a-t-il dit, qui ont fait du développement et de la mise à niveau du transport un objectif stratégique, compte tenu de son rôle primordial dans le développement intégral.
Le ministre a fait remarquer que les efforts se poursuivront au cours de la période du XIe Plan de développement (2007-2011) pour la promotion du secteur, l’amélioration de sa compétitivité et son adaptation au rythme de développement des transports à l’échelle mondiale.
M. Zouari a mis en exergue les programmes et projets réalisés à Gafsa, dont notamment l’aménagement de l’aéroport international de Gafsa-El Ksar, la modernisation et la mise à niveau des modes de transport terrestre et ferroviaire, soulignant la volonté de développer davantage les activités du nouvel aéroport dans le cadre d’un programme cohérent visant la promotion de la qualité des services du transport aérien.
S’agissant du transport terrestre, M. Zouari a annoncé un important programme de développement du parc de la Société régionale de transport de Gafsa (El Kawafel) qui prévoit l’acquisition de 18 bus au début de l’année 2007, soulignant l’importance qu’accorde l’Etat au transport scolaire et universitaire à travers un soutien financier de l’ordre de 162 millions de dinars en 2007.

[color:d2b0=black:d2b0]
Il a appelé à une contribution plus grande du secteur privé au transport scolaire de manière à répondre aux besoins grandissants dans ce domaine, d’une part, et instaurer la complémentarité entre les secteurs privé et public, d’autre part.
Le ministre a ensuite inauguré le nouveau siège de la direction régionale de l’Attt dont le coût de réalisation a atteint un million de dinars, et la station de transport terrestre de Gafsa réalisée moyennant la somme de 1,4 million de dinars.
Dans la région d’El Ksar, il a donné le coup d’envoi au projet de construction de la gare ferroviaire réalisée pour un montant de 1,5 million de dinars, prenant connaissance des projets réalisés et d’autres en cours de réalisation en vue de développer le transport ferroviaire dans la région et auquel des investissements de l’ordre de 42 millions de dinars ont été alloués aux fins de développer l’infrastructure, moderniser les équipements et garantir les conditions de sécurité.
Il a également visité le centre de visite technique de Lala et présidé une cérémonie organisée dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire de la Sncft.
Les cadres et militants de la région avaient auparavant lancé un appel au Président Zine El Abidine Ben Ali pour qu’il réponde à la volonté du peuple de se porter candidat à la [b]prochaine élection présidentielle162 MD pour soutenir le transport scolaire et universitaire en 2007
[/b]
.

[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 3 Jan - 7:21

Culture
GAFSA
La lecture par la poésie !

En plus des manifestations affichées sur l’agenda festivalier dans la région de Gafsa, l’activité culturelle dans ces contrées commence à passer à la vitesse de croisière pour permettre aux passionnés de la culture sous ces différentes formes de s’adonner à leur passion. Le colloque national sur la lecture en milieu rural en est l’exemple édifiant de cette effervescence culturelle.
Espacé sur trois jours, ce rendez-vous a rassemblé les intervenants dans le milieu éducatif et les créateurs dans la sphère culturelle. Expositions livresques, communications; découverte des œuvres des créateurs de la région ainsi que la feuille de route des différentes bibliothèques dans le gouvernorat de Gafsa: tels sont les ingrédients de ce menu offert aux adeptes du livre et qui a coïncidé avec l’organisation d’une foire du livre à la maison de la culture Ibn Mandhour.
Le programme de ce colloque pour lequel on a choisi le thème «La poésie populaire pour inciter à la lecture» a comporté une série de communications signées des hommes des lettres pour citer le professeur Midani Mustapha et qui est intervenu sur le conte populaire et le plaisir de s’y prêter. Le conte et les NTIC, présentés par Mohamed Driss, et d’autres interventions, qui ont accaparé l’intérêt de l’auditoire qui a impressionné par son nombre. Les travaux de ce colloque ont comporté, d’autre part, des ateliers de travail chapeautés par Mouhiba Latrach et Salah Souii et qui ont permis d’exposer sur l’intérêt des contes populaires pour inciter à la lecture, les techniques de narration , la mise en valeur de l’image à travers le parlé. Le volet découverte du programme a offert aux participants l’opportunité de visiter des écoles primaires pour citer celle d’El Aguila et d’El Ksar. Par ailleurs, le périple mené par la bibliothèque ambulante dans les gouvernorats de Gafsa, Sidi Bouzid, Kasserine et Tozeur a permis à 12 écoles primaires dans ces contrées de bénéficier de dons livresques et d’autres établissements primaires bénéficieront de la même action dans le cadre de la tournée ordinaire. Il est à signaler que, dans le gouvernorat de Gafsa, le réseau des bibliothèques est de 20 unités alors que la moyenne nationale est de 14 unités par gouvernorat. Ce réseau, installé à travers tout le gouvernorat, est estimé à 161 mille livres répartis dans ces espaces ouverts à la lecture et la bibliothèque de Gafsa compte 32.500 ouvrages qu’il ne faut pas confondre avec les titres puisque le même titre peut exister en plusieurs exemplaires.

T.H
[center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mar 9 Jan - 9:49



Culture

VISITE ESPAGNOLE DU COTE DE GAFSA
Guetter Elguettar !



Située au sud-est de la ville de Gafsa et balayant une superficie de neuf mille hectares dont 70% sont couverts de palmiers juchés au bas des montagnes d’Orbata, El Guettar se trouve en possession d’une réserve remarquable de patrimoine civilisationnel et environnemental. Cette ville, selon les archéologiques, a livré aux chercheurs ébahis dans la première moitié du XXe siècle le premier monument culturel découvert à ce jour; il s’agit de l’hermaillon: un monticule de silex, d’ossements et de boules en calcaire mais dont la ville n’en tire aucun bénéfice: même pas une reconstitution qu’on peut visiter sur les lieux. A côté de cet objet qui raconte l’éveil de la société humaine à «l’industrie», un safari à Elguettar est une découverte, sous la forme d’un déclic, de la flore et de la faune qui cachent maintes surprises et cette ville peut s’enorgueillir de sa diversité biologique et environnementale qui fait sa particularité avec la culture à étages sans omettre que l’oasis d’Elguettar est l’unique en Tunisie qui produit les pistaches. Le sens créatif des gens de la région a permis de surmonter les aléas de la nature avare en ressources hydriques en leur permettant de passer à l’œuvre pour donner libre cours à leur imagination et inventer ainsi un procédé pour l’extraction de l’eau des couches profondes. Dans le jargon local, on l’appelle elmkaiel. Il s’agit de’ creuser des puits dans le lit des montagnes et les relier par des canaux souterrains qui versent dans l’oasis. Ce système d’irrigation unique dans son genre compte actuellement trente-et-une unités.
Ville oasienne, Elguettar se trouve adossé à un lac salé terrassé selon la pluviométrie avec les eaux ruisselantes des djebels.
Dans ce beau décor, qui ne laisse sûrement pas les amoureux de la nature insensibles, est venue la visite effectuée, récemment, par un groupe d’Espagnols. Composés de dix chercheurs scientifiques, cette expédition a permis aux hôtes de la ville de tenir des works-shops qui ont traité de l’oasis d’Elguettar et de sa sabkha ainsi que les mkhaiels. Subventionnée par l’université de Valencia en Espagne et réalisée en collaboration avec l’institut des zones arides de Médenine et l’ASM d’Elguettar, la visite, qui a duré quatre jours, a vu les participants répartis sur des groupes qui se sont investis dans l’exploration des spécificités environnementales de ces contrées. Cette étude sera poursuivie par les chercheurs de l’institut des zones arides à travers des visites effectuées ultérieurement, alors que l’ASM d’Elguettar sera chargée d’élaborer la bibliographie de la ville. Cette étude prospective sera couronnée par l’édition d’un ouvrage sur la biodiversité de la ville d’Elguettar, une initiative qui ne manquera pas de faire connaître et reconnaître cette ville pour ses traits marquants...

Hafedh Trabelsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Ven 12 Jan - 16:09

--------------------------------------------------------------------------------

Divers

L’institut supérieur des arts
et métiers de Gafsa organise
le 1er festival des arts numériques





Après une première année universitaire 2005-2006 au cours de laquelle il s’est employé à se faire connaître et se faire reconnaître dans les milieux estudiantins comme étant le milieu idoine pour développer leurs facultés créatives, l’institut supérieur des arts et métiers de Gafsa est décidé à apporter sa contribution à l’animation culturelle dans la région en fixant une feuille de route, fort intéressante et qui pourra cibler tous les amoureux de la sphère artistique quelle que soit leur tendance, tel qu’il nous a été signalé par Ezzedine Dkhil, directeur de cet établissement universitaire. Premier événement à mettre à l’actif de l’ISAM de Gafsa et qui a eu lieu les 16 et 17 novembre dans un hôtel de la ville: le festival des arts numériques avec la participation remarquable de chercheurs, tunisiens, français et italiens. L’assistance fort nombreuse, qui a pris part aux travaux de ce séminaire, a permis de mesurer la consistance du contenu des communications programmées, et qui ont ciblé surtout les passionnés de l’art musical sous ses différentes formes. Haythem Chakroun, professeur universitaire à l’institut supérieur de musique à Sfax a communiqué sur l’échelle musicale: de la réflexion logico-mathématique vers les technologies audio-numériques: une intervention qui a permis d’établir ce lien entre l’activité mathématique et la création artistique: une corrélation, certes perplexe, et que le communicateur a tenté de démystifier en puisant dans les expériences menées par l’institut de Naples, au début des années 90.
De son côté, son collègue Helmi Ben Ncir a signé une communication sur la pédagogie numérique au cours de laquelle il a mis en relief l’apport des NTIC dans le processus de l’enseignement, citant au passage la musicologie avec toutes ses branches systématiques, historiques, et analytiques, comme étant l’une des disciplines qui a pu bénéficier de l’intégration de ces technologies éducationnelles.
La participation française a été l’œuvre du professeur Denis Gasté ayant intervenu sur «le film interactif et son aspect acteur» alors que l’Italien Josepp Rossi a présenté, à travers sa communication, le matériel multimédia e-learning, produit par l’université de Macerrata. En plus du volet communicatif, le programme a offert aux participants deux «work shops» qui ont meublé la deuxième journée du festival, dont le premier fut animé par Kamel Krimi, professeur à l’ISAM de Gafsa alors que le second fut chapeauté par Mohamed Alaïmi, étudiant à l’ISAM de Gafsa.

Hafedh Trabelsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Dim 14 Jan - 12:01


Société
La crise d’adolescence chez le jeune Tunisien
Marquée par le risque


Le profil de l’adolescent tunisien s’est nettement métamorphosé à cause, en grande partie, du changement que connaît la société moderne. D’apparence plus décontracté, un peu trop parfois et surtout plus sûr de lui, l’adolescent, ou «l’ado» comme on se plaît à le dire en plus « in », opte pour un comportement plutôt extraverti qu’il affiche clairement face aux adultes.

En effet, nombreux sont les adolescents tunisiens qui ont réussi à décrocher une autonomie précoce, défiant ainsi les étapes de leur développement à la fois psychologique et social.

Si l’adolescence est fixée, généralement entre 11 et 19 ans, elle correspond à la deuxième phase de l’enfance, tel qu’il est indiqué dans la Convention des droits de l’enfant.

Etant admis que tout adolescent vit sa «petite crise» , qui varie selon les jeunes et leur entourage familial et social, l’ado tunisien vit la sienne, mais dans certains cas, il semble refuser de composer avec cette étape de transition critique. Et l’on rencontre, ainsi, certains « enfants » se hasardant dans des comportements à haut risque, qu’ils adoptent comme étant des moyens d’expression de leur mal d’être. Leurs conceptions des valeurs sûres s’avèrent parfois équivoques, à cheval entre préjugés et conviction.

L’affection, l’amitié et les premières amours mêmes, au lieu d’être des jardins intimes de bonheur, peuvent se retourner contre cette catégorie de jeunes les poussant à être encore plus sceptiques.

Mohamed a 17 ans, mais à le voir, il en paraît 23. Sa crise d’adolescence s’est déclenchée suite à la mésentente régnant au sein de sa famille et à la mauvaise fréquentation. Issu d’une famille aisée mais désunie, il a aussitôt choisi d’être autonome affectivement. « Je ne m’entends pas trop avec mon père, et avec ma mère, c’est plutôt un bras de fer permanent, alors j’ai choisi de vivre avec mes grands parents et de mener une vie libre», indique-t-il. L’autorité parentale a aussitôt cédé place à une séparation que seul Mohamed en récolte les fâcheuses conséquences.

L’incompréhension et le manque de confiance en soi constituent, en effet, ses points faibles dans cette relation horizontale, et c’est en la rendant verticale et parallèle qu’il se dote, désormais, de tous les moyens lui permettant de transgresser sa nature d’ « enfant» et de mineur.

Etre libre sans assumer

Sa vie, il la mène librement. Et la liberté, comme la conçoit Mohamed, est synonyme de loisirs sans limites, basés sur les comportements à risque. Des sorties avec des copains plus âgés que lui, des veillées exagérées, des soirées trop arrosées, sans oublier le compagnon redoutable qui s’impose de plus en plus avec le temps qu’est la cigarette. Ce sont les échappatoires dans lesquelles Mohamed se réfugie en permanence.

Il est important de remarquer que le rapport entre ces excitants et la crise d’adolescence est très étroit. En effet, le recours au tabac et à l’alcool émane d’un malaise psychologique.

Selon la brochure de l’encadreur traitant du sujet «les jeunes et les comportements à risque» et éditée par la direction de la médecine scolaire et universitaire, l’usage du tabac par les adolescents exprime des sentiments de tristesse, de solitude et de mal- être de ces ados dans leurs corps et à l’école. La consommation de l’alcool est due à plusieurs raisons: elle peut exprimer la recherche de ses propres limites, la volonté d’une plus grande intégration sociale au sein d’un groupe de jeunes, mais aussi un moyen de s’affirmer en tant qu’adulte et conjurer les questions de l’adolescence.

«Pourtant, ce sont bien ces risques-là que mes parents craignaient. Ils étaient convaincus que ce comportement se répercuterait sur mes études. Toutefois et même si je suis en train de réussir dans mes études, j’avoue qu’il s’agit là d’habitudes que je regrette d’avoir prises avec le temps», avoue-t-il. En fait, bien qu’il soit à jour dans ses études en sciences, Mohamed les relègue, toujours, au second plan. Son comportement d’ado désenchanté occupe dans sa vie la place de choix. D’ailleurs, sa crise d’adolescence a éclaté subitement. Elle a été favorisée et par le divorce parental et par la mauvaise fréquentation. Ni la famille, ni les ex-amis n’ont apporté à Mohamed la sérénité et l’affection dont il avait besoin. Même l’amour ne lui était pas d’un bon secours. C’est bel et bien dans une vie sans repères ou presque et sans limites qu’il s’est trouvé.

Mlle Raja Fekih est psychologue. Selon son avis, le profil de la crise d’adolescence en Tunisie se traduit par des oppositions à la vie des adultes. «Les adolescents considèrent les adultes comme étant des personnes qui cherchent à les diriger dans leur vie quotidienne. Leur besoin de liberté vient en réaction par rapport à cette conviction. Il se traduit par une allure distinguée, un lexique spécifique que seuls les ados comprennent, ainsi que par les idées étranges sur la vie et sur les adultes; une sorte de philosophie existentialiste», explique la psychologue. Et d’ajouter que les fugues et les conduites rebelles, dont notamment la consommation de l’alcool et du tabac, représentent pour eux un moyen d’expression. Chez les garçons, ce comportement leur confère la sensation d’être, déjà, des hommes mûrs et responsables.

Tout comme Mohamed, Mahmoud, 19 printemps, vivait à ce rythme. Au jour le jour, il évoluait dans un cercle vicieux de soirées tardives, de tabac et d’alcool. Parfaitement conscient qu’il a grandi avant l’âge, il est également persuadé qu’il a surpassé sa crise d’adolescence. «Pour moi, la crise d’adolescence est un problème identitaire. La question qui se pose et s’impose à moi est : comment forger ma personnalité? Une question ni difficile ni facile. La principale difficulté réside, en effet, dans la faculté de faire des choix, alors qu’on n’est pas encore très apte à le faire. C’est une crise qui n’était pas trop pénible car tout se déroulait avec beaucoup de spontanéité. L’amour m’était également d’un grand secours et d’un appui de taille», indique Mahmoud.

Un physique qui reflète le moral

Si la crise d’adolescence, de nos jours, se traduit par des comportements à risque chez bon nombre d’adolescents, elle demeure plus ou moins contrôlée par d’autres.

Rym est âgée de 18 ans. Pour elle, la crise d’adolescence était axée primordialement sur l’apparence physique. «Je n’ai pas de problèmes sur le plan moral. Je connais parfaitement le bien et le mal et je parviens à tracer moi-même des limites salvatrices. Par contre, sur le plan physique, je n’arrive pas à trouver le look qui pourrait traduire ma personnalité», dit-elle. Elle ajoute : «Cette hésitation a duré deux ans, plus précisément entre 13 et 15 ans».

Le look ou la mise en valeur de l’aspect physique constitue, en effet, un point très important de l’adolescence. Si Rym se trouve égale à elle-même dans ce jean’s, ce blouson fourré et ces bottes à talons, et si Mahmoud se contente d’un tee-shirt simplissime et d’un béret, Mohamed, quant à lui, bien que s’habillant très à la mode, ne semble plus accorder une grande importance à l’aspect vestimentaire.

Certes, la crise d’adolescence est passagère. Elle est, parfois, pénible à passer et à dépasser. Mais ses séquelles psychologiques et sanitaires persistent. Son impact sur la scolarité et sur l’avenir en général peut s’avérer, parfois, décisif.

Dorra BEN SALEM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
lotfi_ksar_gafsa

avatar

Nombre de messages : 2
Localisation : U S A
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: histoire de notre gafsa   Dim 14 Jan - 19:38

Jusqu'au XIVe siècle av. J.-C., la Tunisie est habitée par le peuple des Capsiens. D'ailleurs, Gafsa (qui tire son nom des Capsiens) abrite le site préhistorique de Capsa qui donne son nom à une famille de l'homo sapiens (voir la culture capsienne). En effet, des ossements et des traces d'activité humaine remontant à plus de 15 000 ans sont découverts dans cette région. Les plus anciens groupements humains en Afrique du Nord se situent principalement à Gafsa et dans la région d'Oran. Les Capsiens sont alors les plus avancés à l'échelle planétaire, à la période paléontologique, car, en plus de la fabrication d'outils en pierre et couteaux en silex, on note surtout la fabrication, à partir d'ossements, de divers objets et surtout d'aiguilles pour coudre des vêtements à partir de peaux d'animaux.

Au XIVe siècle av. J.-C., les Phéniciens fondent Utique. Pendant l'Antiquité, les Romains occupent Capsa au IIe siècle av. J.-C.. La ville se développe alors au point de devenir une municipe puis une colonie. En 540, les Byzantins la protègent d'un rempart et la rebaptisent Justiniana. Oqba Ibn Nafaa prend la ville en 688 mais rencontre une résistance farouche car les Berbères refusent longtemps de se convertir à l'islam. Au XIIe siècle, on parle encore latin à Gafsa. Puis, en 1551, la ville est assiégée par le corsaire Dragut pour le compte de Khayr ad-Din Barberousse. Elle résiste mais est obligée de capituler en 1556.

Durant la Seconde Guerre mondiale, en 1942 et 1943, la cité subit plusieurs bombardements allemands et une partie de la kasbah est détruite. Gafsa est le théâtre d'une bataille historique, opposant la 10e division de panzers et les forces alliées, connue sous le nom de bataille d'El Guettar. En 1980, la ville est prise d'assaut par un commando venu de Libye (voir l'article sur les événements de Gafsa).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Samedi 1èr jour de l'an 1428 de l'Hegire   Ven 19 Jan - 19:20


Nationales vendredi 19 janvier 2007



Demain, samedi, premier jour de l'an 1428 de l'Hégire

Le mufti de la République annonce, dans un communiqué, rendu public hier, que le vendredi 19 janvier 2007 sera le 30ème jour du mois de Dhou El Hijja 1427, et le samedi 20 janvier 2007, le premier jour du mois de Mouharrem du nouvel an hégirien 1428.

Le communiqué rappelle qu'en vertu du décret présidentiel n° 727 de l'année 1988, relatif à la fixation des mois lunaires par l'observation de la lunaison (la Rooya), les commissions régionales assistés de cadres religieux et de nombreux citoyens ont été chargés d'observer le croissant lunaire dans chaque chef-lieu de gouvernorat, sur l'ensemble du territoire national, mais ne sont pas parvenues à observer le croissant après le coucher du soleil, ce jeudi 29 Dhou el Hijja 1427 (18 janvier 2007).

En cette heureuse circonstance, le Mufti de la République exprime ses meilleurs vœux au Président Zine El Abidine Ben Ali, priant le Tout-puissant de lui faire revivre pareilles fêtes religieuses dans le bonheur et la réussite, et souhaitant aux peuples tunisien et islamiques davantage de progrès et de prospérité.

Suite à ce communique, le samedi 20 janvier 2007 coïncidera avec le premier jour de l'an 1428 de l'hégire et sera jour de congé pour les agents de l'Etat, des collectivités locales et des établissements publics à caractère administratif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Sam 20 Jan - 8:29



GAFSA : Association de sauvegarde de la médina
«Un exemple à méditer, des acquis à consolider»


Depuis sa création en 1998, l’ASM de Gafsa joue un rôle décisif pour le présent et l’avenir de la médina. La démarche est claire et le projet que l’ASM développe est ambitieux. Après 1995, année au cours de laquelle l’association a bénéficié d’un don présidentiel pour la restauration de sa médina, celle-ci n’a cessé de multiplier les entreprises pour un développement durable et la protection du patrimoine culturel, avec un emploi du temps de plus en plus chargé, ce qui lui a valu des prix glanés à l’échelle nationale et internationale pour ne citer que le prix honorifique méditerranéen pour l’environnement obtenu à Tarragone en Espagne en juin 2003 et le 2e prix du concours national du patrimoine culinaire à Tamazrat la même année.
Favoriser les échanges, la coopération et le partenariat avec les instances officielles, les acteurs sociaux et économiques, et les ONGs sur le plan national et international, tel est le créneau de l’ASM de Gafsa qui peut se targuer d’être toujours un exemple à suivre en matière de travail associatif.
Dans le cadre de la coopération décentralisée, nous citons le programme MED-URBS, à travers lequel le projet de la mémoire des maisons a pu être concrétisé pour mettre en place un plan de sauvegarde de la médina et la réalisation d’une carte typo-morphologique de cette médina.
Toujours dans le même registre, et dans le cadre d’un projet d’appui institutionnel à des ONGs tunisiennes, financé par l’Union européenne et conduit par l’association pour la promotion de l’emploi et du logement, l’ASM de Gafsa a pu réaliser un atelier de tissage, groupant 12 artisanes s’inscrivant dans le cadre du programme MED-DÉMOCRATIE.
Quant à l’optimisation de l’utilisation de l’eau, un sujet d’actualité qui n’a pu laisser insensible l’ASM de Gafsa qui s’est attelée à valoriser cette source de vie par la création d’espaces verts dans les établissements scolaires et universitaires à Gafsa : une initiative couronnée de succès que l’ASM envisage d’étendre à d’autres établissements éducatifs en dehors du périmètre communal, dans d’autres délégations, aidée en cela par une convention signée entre l’ASM et le Ministère de l’Agriculture, de l’environnement et des ressources hydrauliques portant sur la récupération des eaux pluviales à cet effet-là.
Avec une activité ciblée et des acquis de taille, l’ASM vise la création d’un jardin-musée dans l’oasis de Gafsa et d’un centre de formation et de perfectionnement en matière de tissage.
En outre, le chapitre environnemental se trouve aussi parmi les préoccupations de l’ASM de Gafsa dans ses œuvres futuristes en entreprenant une lutte contre la désertification par la préservation des eaux et du sol pour la création d’espaces verts dans le quartier de Sidi Ahmed Zarroug et les écosystèmes des oasis de montagnes.

Hafedh Trabelsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Jeu 8 Fév - 8:15



Phosphates : activité plus que centenaire
L'exploitation minière des phosphates est plus que centenaire en Tunisie. Le phosphate de Gafsa est commercialisé dans une vingtaine de pays à travers le monde, tant pour la transformation que pour l’application directe.
La production dans les différents gisements du sud-ouest est passée de 6 millions de tonnes de phosphate marchand à la fin des années 1980 à plus de 8 millions de tonnes en 2004.
Près de 85% de la production nationale de phosphate sont livrés aux unités locales de transformation du GCT. Le reste est acheminé au port de Sfax pour l’exportation.
Historiquement, la CPG a régulièrement investi dans de nouvelles infrastructures et méthodes d’exploitation en vue de réduire les coûts d’extraction et de traitement, tout en augmentant la capacité de production. Ces objectifs ont été atteints notamment grâce à l’abandon des mines souterraines au profit des carrières à ciel ouvert, reconnues comme étant plus économiques.
L.B.A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 12 Fév - 8:11


dimanche 11 février 2007


Elles vont massivement au stade, vont (pas toutes) danser le samedi soir, « peuplent » les salons de thé...
Et pourtant, elles sont plus studieuses que les garçons !


Que les garçons en parcourant le titre de cette approche ne se mettent pas en rogne et ne nous taxent pas de vouloir les discréditer. Bien sûr il y a des exceptions, des cas particuliers où vous décèleriez parmi eux des lumières supplantant tous leurs camarades en intelligence, travail et comme corollaire excellents résultats. Oui mais si on se réfère à la masse globale des élèves, force est de constater que le nombre absolu des très bonnes moyennes est de loin supérieur chez les filles.

Les raisons de ce décalage, pourquoi les garçons ne suivent pas la cadence imposée par les filles, ces dernières seraient-elles plus réceptives, plus bûcheuses ?

Et pourtant, elles sont plus studieuses que les garçons.

- Les enseignants confirment : « elles sont plus correctes et plus entreprenantes en classe. Elles seraient plus mûres mentalement et psychologiquement que les garçons. »

Les enseignants, toutes disciplines confondues sont catégoriques, unanimes à reconnaître qu'en classe, les réflexions et remarques des garçons sont de loin les plus pertinentes. Volet participation et animation de la séance la palme leur revient également ; même son de cloche concernant les réponses aux questions inhérentes à la leçon du jour où les filles accusent un retard certain à les trouver et à les formuler. Signe indiscutable que l'assimilation des notions dispensées en classe a été parfaite par les garçons.

Lors d'une séance d'interrogation orale, voire écrite, la tendance se voit curieusement inversée : des filles insolentes d'aisance, répondant correctement et rapidement sans la moindre hésitation, survolant leurs camarades masculins ayant étonnamment perdu leur volubilité, puisant difficilement des bribes de pseudo réponses d'une mémoire brutalement mise à rude contribution et sans grand succès du reste !

Qu'on ne vienne pas nous dire que les filles ne sortent pas, ne vont pas au stade ni au café, ne se distraient point ! Rien qu'à effectuer une randonnée du côté des cités huppées et on y constatera leur présence massive dans les salons de thé et autres. Le dimanche elles sont nombreuses à prendre le chemin du stade bariolées des couleurs de leur club favori n'en ratant pratiquement aucune rencontre ; mieux encore, les virages sont leurs lieux de prédilection pour assister aux rencontres et chahuter tout leur soûl.

Si les garçons calent, marquent le pas par rapport au sexe opposé, c'est essentiellement dû à leur manque de maturité. Car de retour chez eux, ils ne daignent même pas jeter un coup d'œil ne serait ce furtif sur les notes qu'ils auraient prises (encore faut-il qu'ils les aient prises ou qu'ils aient des cahiers !). Le fait qu'ils aient participé et répondu pendant le cours leur procure un sentiment, erroné certes, de sécurité, de dominer la question. Cela pourrait à la limite se concevoir et marcher pour une seule et unique leçon, mais l'accumulation des notions aidant, l'intrication des formules et des théories, la similitude de certains théorèmes font qu'une confusion progressive s'installe et enveloppe leurs connaissances d'une gangue ouatée et brumeuse pour finalement devenir parfaitement opaque le jour J.

A une bonne quinzaine de l'échéance fatidique, ils se regroupent à plusieurs, chaque jour dans la demeure de l'un d'eux barbes hirsutes, cheveux ébouriffés faisant intello, pour potasser leurs cours. Notre éminent prof de maths à Sadiki, Mr Mabrouk nous mettant en garde contre pareilles pratiques : « quand vous agissez de la sorte, vous n'assimilez pas, ne digérez point et devant vos copies vous vomissez tout pêle-mêle ».

A l'opposé des filles qui quoique de l'avis de tous aient une présence très discrète en classe, de retour à la maison, elles mettent le turbo, reprennent les notes qu'elles avaient prises les dissèquent, apprennent par cœur les théorèmes, la démarche à suivre pour solutionner telle ou telle difficulté, se tapent une multitude d'exercices supplémentaires de leur propre chef histoire de dominer les mécanismes et d'acquérir les automatismes de leur résolution. Chemin faisant, elles sont qualifiées par les garçons de (peu ou pas intelligentes) pour ne pas utiliser un autre qualificatif beaucoup moins laudateur : A-t-on idée à apprendre par cœur un exercice solutionné en classe ? Telle théorie ne découle-t-elle pas de celle qu'on a vue en long et en large à l'avant dernier chapitre ? Et les critiques de ne plus finir de pleuvoir sur leurs frêles épaules qu'elles acceptent avec beaucoup de patience, de stoïcisme.
Le jour de la proclamation des résultats, ce sont celles qui ont été l'année scolaire durant la risée des « intelligents » ( ?) qui raflent la mise devançant largement leurs détracteurs ayant perdu subitement leur air goguenard et essayant de passer inaperçus, se sentant très gênés...dans leurs petits souliers !
Mohamed Sahbi RAMMAH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mar 13 Fév - 21:08


Un Gafsien au service des tunisiens

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Jeunes au quotidien   Mer 14 Fév - 8:15



Jeunes au quotidien
Les jeunes et la Saint-Valentin : Hymne à l’amour à «cœur» et à cri

Demain, c’est la fête de la Saint-Valentin. Plusieurs personnes chanteront l’hymne de l’amour. Ce noble sentiment sera en vedette. Même si cette fête ne vient pas de chez nous, il semble que la majorité des jeunes tunisiens la célèbreront. Que représente justement
la Saint-Valentin pour les jeunes ?

[img]

Tunis-Le Quotidien
Les vitrines des boutiques de commerce, les fleuristes, les chocolatiers et les parfumeries proposent des articles de cadeaux conçus spécialement pour la fête de l’amour. La majorité des jeunes gens semblent y laisser une grande partie de leurs économies pour pouvoir exprimer un «je t’aime» assez spécial en ce jour où l’amour est roi.
La Saint-Valentin fait partie d’une culture occidentale qui a instauré la tradition de s’offrir des cadeaux le 14 février. L’homme offre un paquet de chocolat enrobé dans un emballage garni de cœurs et des fleurs rouges en nombre pair à sa bien-aimée. La femme est censée offrir à son amoureux un livre et des fleurs rouges en nombre impair. Or, même si les Tunisiens célèbrent cette fête occidentale, ils ne suivent pas intégralement la tradition qui s’en suit. Jeunes et moins jeunes profitent de l’occasion pour s’offrir mutuellement des cadeaux. Ils en profitent également pour exprimer leurs sentiments les plus passionnés. Toutefois, certains n’ayant pas d’amoureux semblent vivre assez mal ce jour de fête. Ils savent que personne ne leur réservera de cadeaux et que leur cœur solitaire n’aura pas droit à des mots doux. D’autres, même s’ils sont amoureux, trouvent cette fête intruse et le jour de la Saint-Valentin n’a aucune spécificité pour eux. Et entre les uns et les autres, nombre de jeunes pensent que la Saint-Valentin ne doit pas être l’apanage des couples amoureux. Ils trouvent que l’amour est un sentiment si noble qu’il mérite d’être sous les feux de la rampe et que l’amour englobe également la famille, les amis…
Dans une rue du centre-ville, deux jeunes hommes s’adossent à un mur, ils tiennent un papier dans les mains et semblent totalement absorbés par la lecture. Ils ne lisent pas une feuille d’examen. L’un des jeunes hommes demande l’avis de son ami à propos de ce qu’il a écrit justement à son amoureuse pour la Saint-Valentin. Il s’agit de Wael Hosni, 18 ans. Le jeune élève ne se souvient pas avoir été autant inspiré pour ses dissertations. L’amour fait des miracles semble-t-il : Le jeune homme a trouvé une grande aisance à rédiger son écrit. «J’ai trouvé une grande facilité à écrire cette lettre. Pourtant, je ne suis pas du genre poète et la rédaction n’est pas mon point fort. Mais s’agissant de la fille que j’aime, les phrases venaient toutes seules dans mon esprit. Je trouve que la fête de l’amour est une occasion pour tous ceux qui s’aiment pour déclarer leur flamme, prouver leur passion et exprimer leur dévouement l’un pour l’autre. Je connais cette fille depuis deux ans et mes sentiments grandissent de jour en jour. La Saint-Valentin est le jour où le monde entier parlera un seul langage, celui de l’amour. Pour qu’elle se sente aimée et chérie, je lui ai écrit des mots d’amour et je compte lui offrir un cadeau. Je n’arrive toujours pas à me décider parce que je voudrais tant lui acheter quelque chose qui symbolise réellement l’intensité de mes sentiments envers elle. Il se peut que j’opterai pour un parfum parce que c’est doux comme cadeau. J’espère qu’elle va apprécier mon geste et qu’elle comprendra qu’elle compte tellement pour moi. Demain, je veux qu’elle ait la certitude qu’il y a un cœur qui bat pour elle et veille sur elle et sur son bonheur. L’amour est un besoin réel pour tout être humain et cela lui permet d’avoir un équilibre affectif et psychique», dit-il.
Chamseddine Ben Mohamed, 18 ans, est surexcité à l’idée de voir son amoureuse demain et de lui offrir un cadeau. «J’ai offert à ma chérie une peluche l’année dernière. Elle m’a offert un bracelet en argent avec nos deux prénoms gravés dessus. Certes, nos moyens ne nous permettent pas de nous offrir des cadeaux très chers, mais nous misons surtout sur la valeur du symbole plutôt que sur le coût. Si j’avais les moyens, je lui aurais offert un gigantesque cadeau qui coûtera une petite fortune. En attendant de pouvoir le faire, je lui offrirai un présent qui symbolise mon amour et je lui écrirai des mots qui expriment ma fidélité à Chayma et mon dévouement pour elle. Certains disent que la Saint-Valentin est une fête qui n’est pas de chez nous, pourtant ils se permettent de célébrer le jour de l’An alors que c’est une fête qui ne fait pas non plus partie de notre culture. Je pense que ces personnes-là ne connaissent pas l’amour et elles trouvent cet alibi comme prétexte pour ne pas offrir et pour justifier leur avarice et leur manque de créativité. Pourquoi ne pas célébrer une occasion s’il n’y a aucun mal ? L’amour est un noble sentiment qui nous permet de construire et d’être positif. Si tout le monde s’aime, cela diminuera les catastrophes, les guerres et la haine. La paix dans le monde est tributaire de notre capacité d’aimer les autres, de leur vouloir du bien et de leur souhaiter une vie heureuse», dit-il.
Rihab, 15 ans, partage le même avis. La jeune fille trouve très positif que l’on célèbre la fête de l’amour. «Même ceux qui ne vivent pas en couple et qui n’ont pas d’amoureux devraient fêter la Saint-Valentin. D’ailleurs, je ne vois pas pourquoi certains continuent de dire que cela fait partie de l’imitation aveugle d’un mode de vie occidental. Le fait de faire plaisir aux autres et de leur offrir des cadeaux ne peut qu’être d’apport positif ! L’amour n’est pas l’apanage des couples. C’est le sentiment le plus noble qui soit et qui peut concerner tout le monde. Certes, je sens un petit pincement au cœur à voir plusieurs filles se balader avec des fleurs rouges dans la main et un paquet de cadeau. Mais, je ne les envie pas, je me sens heureuse pour elles. Lorsque je rentre chez moi, je profite de l’occasion pour faire mes vœux à ma famille et pour faire un cadeau à ma maman, gage de mon amour envers elle», dit-elle.
Alyssa, 15 ans, dit que le jour de la Saint-Valentin, même s’il est censé être la fête des amoureux, reste une occasion pour tous les êtres humains pour oublier les rancunes et les rancoeurs et pour s’aimer et faire la paix. «Je me sens très heureuse à l’arrivée de cette date. Pourtant, je sais que personne ne me réserve un cadeau ou des mots d’amour. Je suis encore jeune pour les histoires d’amour mais cela me donne la chair de poule de voir des personnes s’aimer et s’échanger des cadeaux, des mots doux et des promesses de fidélité. Le monde entier devrait profiter de ce jour d’amour pour vivre en paix et faire plaisir aux autres», dit-elle.

Abir CHEML
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Mer 14 Fév - 20:57


National
ENFANTS EN DIFFICULTÉ
La rue, abri pour les titis ( ! ?)

Nous n’avons pas d’enfants des rues !", avait déclaré, lors d’une conférence de presse, courant décembre, Salwa Ayachi Labben, ministre des Affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées (MAFFEPA).
Oui, nous n’avons pas d’enfants des rues, certes, mais nous avons des enfants dans les rues ! On peut jouer sur les mots, réaliser des traits d’esprit, pour faire une légère nuance. Mais ce jeu ne soignera pas les maux dont souffre, quelque peu, notre société. Pourquoi se voiler la face ou faire la politique de l’autruche quand le problème est bien réel ?
"Miya’, bacou chikli ! Miya’ el bacou" ("100 millimes le paquet de chewing-gum ! 100 le paquet !). Qui n’a jamais entendu cette rengaine parmi les habitants de Tunis ou ceux qui, de passage, utilisent le métro ou le train ? Peut-être les personnes qui, justement, n’ont jamais utilisé le métro ou le train, soit parce qu’ils conduisent leur voiture personnelle ou celle de fonction. Mais tout usager du métro ou du train connaît bien ce leitmotiv devenu une habitude, normal. Cependant, ce n’est pas normal ! "Miya’, bacou chikli ! Miya’ el bacou" est, la plupart du temps, lancé par des gamins entre 8 et 14 ans ! Et à l’heure où ils devraient se trouver à l’école, ils traînent leurs savates de métro en métro, de wagon en wagon, ou usent leurs chaussures déjà usées sur le quai de la gare.
Eux au moins s’activent, vendent pour se faire un petit pécule. Mais, il y a les autres, ceux qui ne font rien de leurs dix doigts, qui galopent à travers les rues pour passer le temps, pour éviter de rentrer à la maison.
A qui la faute ?
Ne pas rentrer à la maison ! Ne pas retrouver les problèmes familiaux : un père parfois très brutal qui pense que la seule manière d’éduquer est de cogner et qui reproduit sur ses enfants ce que lui-même a subi ; une mère totalement dépassée dont le seul souci est de ne pas énerver son mari. Ça n’existe pas ou plus ! Si, ça existe toujours et encore ! Il n’y a qu’à faire un tour dans les cités populeuses pour s’en rendre compte. Il est vrai que les responsables ne vont jamais dans ces coins-là. Trop peur avec leur costume-cravate ou leur tailleur-talons aiguilles ! Bureaucrates, ils ne font que compulser en diagonale les dossiers mis sur leur bureau. Les problèmes familiaux touchant les enfants ne sont que des chiffres et des graphiques ! Des indicateurs virtuels qui, étrangement, sont assez bons alors que les problèmes réels sont conséquents.
Il nous a été difficile de discuter avec ces loupions. Nous avons réussi à en "amadouer" un. Au début de notre discussion, il "se la jouait" comme un grand, et puis, peu à peu, il est redevenu un enfant.
Il s’appelle A., il a dix ans. Voici son histoire. Son père, journalier, a un penchant extrême pour la dive bouteille. Sa mère, bien que présente physiquement, est absente. Quand son mari bat comme plâtre un des enfants, elle ne lève pas le petit doigt pour intervenir. Une de ses sœurs s’est enfuie de la maison, l’autre travaille dans une usine de câble. Deux de ses frères sont en prison : un pour vol, l’autre pour détention de stupéfiants. Le troisième est installé en Italie ou ailleurs, car depuis quatre ans, la famille n’a eu aucune nouvelle de lui. Nous lui avons demandé comment il s’était brûlé sur le bras. Après un moment d’hésitation, il nous a répondu : "Je me suis renversé la casserole de lait chaud sur le bras", avant de baisser les yeux. Les enfants ne chargent pas leurs parents.
L’école ? A. y va ponctuellement depuis qu’une institutrice l’a traité de "bhim ouled kaleb" ("d’âne fils de chien") parce qu’il n’arrivait pas à retenir ses leçons. Mais, il n’a pas voulu nous dire où se situe cette école. La rue lui a tendu les bras et est devenue sa deuxième maison, un endroit où il se sent plus en sécurité que chez lui ou à… l’école.
A. n’est pas un cas ! Ils sont plusieurs dans la même situation à des variantes près. Bien que la rue représente un danger pour les enfants, elle est une protection pour eux. Certains gamins ne rentrent pas chez eux et se dégottent un endroit pour dormir : le jardin Habib Thameur par exemple ou encore des immeubles en construction.
L’école dépassée
"Au-delà des missions d’éducation et d’instruction, l’école joue un rôle majeur de prévention de l’exclusion sociale et de réduction des disparités. Elle doit être de qualité et favoriser l’équité. L’école est aussi la principale institution capable de promouvoir la socialisation et la participation des enfants et des familles et de développer les valeurs de citoyenneté et de solidarité". C’est ainsi que l’UNICEF définit l’école.
Chez nous, cette institution, qui forme, éduque et instruit les futures générations, semble complètement dépassée. Et pour cause ! On ne devient plus instituteur par vocation mais par "obligation" ; une obligation de travailler pour vivre. Le maître (ou la maîtresse) ne va pas s’intéresser aux problèmes sociaux des enfants. Il n’est là que pour apprendre –de manière parfois aléatoire– aux gamins, et peu importe si ceux-ci réussissent.
Délaissés par leurs parents, par l’école, certains de ces enfants déconnectent complètement. Et "embrigadés", ils se retrouvent à traîner dans les rues.
Il serait bon de revoir le système école et de former les instituteurs de manière à ce qu’ils soient plus ouverts à la parole muette de ces enfants ; car un maître n’est-il pas une personne qui exerce un pouvoir, une autorité sur quelqu’un tout en sachant l’écouter ?
Où sont les clubs ?
Malgré les efforts consentis, les autorités compétentes semblent ne pas cerner réellement le problème des enfants dans la rue. Pourtant, il suffit d’occuper ces mômes pour les remettre, en douceur, sur "le droit chemin".
Des clubs ont été créés, depuis fort longtemps, pour initier et occuper les enfants à des activités pédagogiques et ludiques. Mais, actuellement, ils n’ont de clubs que le nom, sauf peut-être dans les quartiers assez huppés, là où il n’y a pas vraiment besoin d’occuper les gamins !
Ces clubs ne sont aucunement fonctionnels dans les cités populaires, populeuses ou les "zones d’ombre". Les animateurs sont la plupart du temps "planqués" dans leurs bureaux tels des fonctionnaires administratifs, le matos fait défaut ou est carrément défectueux ! Nous avons l’impression que les clubs sont juste là pour dire "voilà, dans ce quartier, dans cette cité, dans cette localité, il y a un club". Cependant, comme le dit si bien une expression de chez nous, "Illi mezyane mel barra, chnoua ahwalek min dekhel ! ?" ("Toi qui est décoré à l’extérieur, comment vas-tu à l’intérieur ! ?). Il faudrait réactualiser le rôle de ces clubs et leur attribuer des fonctions plus "éducatives".
Responsabilités des adultes
Les gosses d’aujourd’hui seront les adultes de demain. Et s’ils ne sont pas pris en main dès leur plus jeune âge, l’avenir social risque d’être plus que sombre d’ici une vingtaine d’années et même moins, avec un taux de délinquance, en tout genre, assez élevé. Il vaut mieux tirer la sonnette d’alarme maintenant que de se réveiller quand il sera trop tard ! La plupart des délinquants qui sont, actuellement, détenus ont eu un parcours chaotique.
Certains enfants sont dans la rue de leur propre chef, ce qui est déjà grave. Mais ce qui l’est encore plus, c’est que nombre de ces gosses sont "chapeautés" par des adultes, formant un ou des gangs. Ces adultes, qui ont, généralement, la vingtaine, eux-mêmes issus d’une enfance difficile, organisent les marmousets de telle façon que ces gamins ne tournent pas dans le même secteur et ne risquent pas de se faire prendre. Non, ce n’est ni une élucubration de notre part ni un résumé sorti tout droit d’un roman de Charles Dickens, style "Oliver Twist". Ceci est une réalité qui nous crève tellement les yeux tous les jours que l’on n’y voit goutte !
Ces enfants dans la rue sont la responsabilité de toute la société : les parents, l’école, les éducateurs, les assistantes sociales et les autorités compétentes, et ce, afin que le 11 janvier devienne la fête nationale de tous nos enfants ! Les enfants dans la rue sont plus nombreux que l’on ne croit !


Zouhour HARBAOUI


Kamel SOUID
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Kamel
Admin
avatar

Nombre de messages : 3693
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Revue de Presse   Lun 19 Fév - 7:58

Sujet: Infos sur la region de sud ouest Aujourd’hui

--------------------------------------------------------------------------------

اطار حق الرد وإنارة الرأي العام الرياضي نشير اليكم أن ما ورد في جريدتكم الشروق ليوم الاربعاء 14ـ2ـ2007 حول ما أشار اليه مراسلكم محمد مبروك السلامي في مقاله لا يلزم النجم الرياضي بالمتلوي شكلا ومضمونا.
أنى كرئيس للجمعية لم أتطرق الى موضوع المنح مع اللاعبين بهذه الطريقة المزعومة بل أعلمتهم أننا سنرفع قيمة المنح في المقابلات الهامة كما أننا سنضيف منحة جديدة تسمى «منحة شهرية على المرتبة الأولى والثانية».
اننا نحن كمسؤولين على هذه الجمعية شاعرون بالمهمة المناطة بعهدتنا ونعمل على قدر امكانياتنا المادية المتوفرة وقد قمنا بالعديد من الاتصالات مع السلط المحلية والجهوية على رأسها السيد والي قفصة لشد أزرنا أمام المظالم المتكررة التي تعرضنا لها ومن أجل دعمنا ماديا ومعنويا لنتمكن من التوفيق في مسيرتنا الطيبة هذا الموسم.
مع العلم أن لجمعتينا نظاما داخليا يضبط كل كبيرة وصغيرة كالاعانات الاجتماعية والأجور ومنح مقابلات البطولة، الكأس وكأس الرابطة كما أننا سعينا واجهتنا وقمنا بالايفاء بكل التزاماتنا مع اللاعبين من مستحقات حتى في ظل الظروف المادية الصعبة ونحن نقوم بمعية لجنة الأحباء بصفة متواصلة على شحذ عزائم لاعبينا ودعمهم معنويا وماديا للوصول للهدف المنشود، ولولا العمل الدؤوب والجو الملائم منذ انطلاق الموسم وبالرغم من هزيمتنا اللاقانونية فإننا الآن في المرتبة الثانية وبحول الله وبفضل العمل المتواصل للاعبين والاطار الفني والمسيرين ودعم الأحباء سنحقق الصعود للرابطة الثانية.
ولذلك أن ما ذكره مراسلكم لا يمت للواقع بأي صلة ولا يلزم الا من كتبه وقد كان الأجدر به أن يستقي المعلومة الصحيحة من مصدرها على لسان الناطق الرسمي للجمعية.
في الأخير تقبلوا تقديري واحترامي لجريدة الشروق المهتمة بكل الأنشطة الرياضية في البلاد وخارجها في كنف الموضوعية والنزاهة.
«وقل اعملوا فسيرى الله عملكم ورسوله والمؤمنون» (صدق اللهالعظيم).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kamelsouid.easyforumpro.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de Presse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de Presse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 13Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Espace Revue
» Récupérer des images du presse-papier
» Un presse-papier amélioré
» TrainsMania ou les 80ans de Loco Revue
» [Résolu] Page de démarrage IE modifiée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gafsiens du monde-
Sauter vers: